Le Chemin de mémoire australien >

Thiepval

Version mobile
English

Thiepval

Le mémorial franco-britannique de Thiepval

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
A droite du cimetière britannique de Pozières, coupant l'horizon, se dresse le Mémorial franco-britannique de Thiepval sur le site de l'ancien château du village. Thiepval était un village très animé avant la guerre mais tout comme lui, le château a été en grande partie détruit avant même le début de l'offensive de la Somme du 1er juillet 1916.
A l'époque, les gravats ainsi que les caves du château et des maisons du village constituent une excellente position défensive. Ainsi les allemands font-ils de Thiepval leur point d'appui le plus fort sur toute la ligne d'attaque britannique ce jour-là. Les britanniques sont décimés par les allemands qui n'hésitent pas à se mettre à découvert. On dit que seuls des hommes imperméables aux balles auraient pu prendre le village en ce 1er juillet. En effet, Thiepval restera imprenable encore pour les trois mois à venir.
En août, les australiens lancent de nombreuses et sanglantes attaques à partir de Pozières en direction de la ferme du Mouquet qui se situe à mi-chemin vers le village de Thiepval. Le but, qui s'avère être vain, est d'atteindre l'arrière du village pour l'isoler. Il faudra attendre le 26 septembre pour que cette position soit finalement prise.
Le Mémorial, conçu par le célèbre architecte impérial Sir Edwin Lutyens est inauguré en 1932 par le Prince de Galles lors d'une cérémonie en présence du Président Albert Lebrun. Il s'agit du plus important mémorial britannique au monde. Il commémore non seulement l'offensive franco-britannique de la Somme de 1916, mais aussi les 73 000 soldats britanniques et sud-africains qui y sont tombés avant mars 1918 et qui n'ont pas de sépultures connues. Leurs noms sont inscrits sur les murs du mémorial, tout comme ceux de leurs camarades australiens sur le Mémorial national australien de Villers-Bretonneux.
La principale cérémonie des commémorations britanniques se déroule au mémorial chaque 1er juillet. A côté du mémorial se trouve un cimetière franco-britannique unique en son genre. Il rend hommage aux deux millions et demi de soldats de l'Empire Britannique et de la France qui ont péri pour une cause commune et qui reposent aujourd'hui dans une fraternité éternelle. Il est composé de 600 sépultures : 300 britanniques et 300 françaises. Le coût de sa construction a été partagé entre les deux nations. A l'exception de 108 sépultures connues, les autres contiennent des corps de soldats non-identifiés. Six des dix australiens enterrés là sont inconnus.
Un centre d'accueil se trouve également sur le site du mémorial.
Retour haut de page