Le Chemin de mémoire australien >

Percy Cherry

Version mobile
English

Percy Cherry

La Victoria Cross reçue à titre posthume par Percy Cherry

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les tranchées jumelles et parallèles des lignes OG, distantes l'une de l'autre de 180 mètres, passent entre Pozières et le site du moulin, puis longent ce chemin de chaque côté.
A l'aube du 5 août 1916, après l'attaque menée par la 2ème Division australienne depuis Pozières et la prise de cette portion des lignes OG, les allemands lancent une contre-attaque.
Mais celle-ci est anéantie, en grande partie grâce aux mitrailleuses installées, entre ici et le moulin, par Percy Cherry, de la 7ème compagnie de mitrailleuses. Courant entre les trous d'obus, certains allemands arrivent suffisamment près de l'une des mitrailleuses pour y lancer des grenades avant d'être éliminés.
Pendant ce temps et depuis cette position, Cherry échange des tirs avec l'officier allemand qui dirige l'attaque tout en brandissant son révolver pour inciter ses hommes à continuer.
Cette mini-guerre privée prend fin lorsque ils se redressent en même temps et se tirent dessus simultanément. Cherry est touché au niveau de son casque, mais l'officier allemand est mortellement blessé. Cherry s'approche du mourant, qui sort des lettres de sa poche et lui demande, en bon anglais, de lui promettre qu'après les avoir montrées aux censeurs, il les postera. Cherry accepte. L'Allemand les lui donne, en disant " et c'est ainsi que cela se termine ". Un exemple saisissant de compassion au coeur de la brutalité de la guerre.
En mars 1917, Cherry est lui-même tué lors de la prise du village de Lagnicourt. Pour ses actions menées lors de ces combats, il reçoit la Victoria Cross à titre posthume. A à peine 22 ans, il a pourtant déjà été blessé à quatre reprises. Il meurt sans savoir qu'on lui a aussi attribué la médaille militaire pour avoir neutralisé deux mitrailleuses trois semaines plus tôt.
Malgré la discipline stricte qu'il impose, son agressivité aux combats, son extrême bravoure et son obstination à conduire lui-même ses hommes, font de lui un chef populaire. Il est déjà officier dans la milice avant la guerre, mais bizarrement, la Force impériale australienne le juge trop jeune lors de sa mobilisation en mars 1915. Il obtient finalement sa promotion comme officier à la fin de la campagne de Gallipoli, en 1915.
Retour haut de page