Le Chemin de mémoire australien >

Le Blockhaus Gibraltar

Version mobile
English

Le Blockhaus Gibraltar

La prise de Gibraltar

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ce sont les vestiges de Gibraltar. A l'origine, Gibraltar est une maison fortifiée en béton, transformée en fortification grâce à l'ajout d'une tour d'observation carrée. Cette dernière mesure trois mètres de haut. Elle est construite en acier et en béton. Les allemands l'appellent Panzerturm, littéralement " la tourelle blindée ". 
La majeure partie de Gibraltar se trouve en sous-sol. Le premier niveau est souterrain. Il se compose d'une grande cave, puis une vingtaine de marches qui mènent au second niveau, une pièce spacieuse creusée par les allemands. D'abord appelée " La maison en béton " (Concrete House) par les australiens, elle est rapidement connue sous le nom de Gibraltar, probablement à cause du nom inscrit sur l'insigne de ses défenseurs allemands.
Depuis le sommet de la tour carrée, les observateurs allemands ont une vue imprenable sur les lignes de défenses britanniques qui serpentent à travers champs, et au loin sur la " Vierge penchée " de la basilique d'Albert, statue penchée depuis janvier 1915 à cause des bombardements.
La perspective sur les grands axes menant à Pozières fait de ce village une position clef pour les allemands. De ce fait, sa prise est d'une importance capitale pour les australiens.
" A l'aube du 23 juillet 1916, un groupe composé d'une quinzaine de soldats du 2ème bataillon australien ont aperçu devant eux, au sud-ouest de Pozières, un immense point d'appui construit en béton dans une maison en ruine. Il avait l'air sinistre. Quand les soldats ont vu un allemand entrer à l'intérieur, ils ont réalisé que ce point d'appui était toujours occupé. Le groupe passe à l'action. Onze hommes se placent progressivement à l'arrière du bâtiment et l'attaquent en force, le reste du groupe en soutien, et donnent l'assaut par l'avant. Les 23 allemands qui se trouvaient à l'intérieur sont capturés avec leurs mitrailleuses. En fin d'après-midi, la position avait été complètement sécurisée. "
Le 25 juillet, les 4ème et 8ème bataillons lancent un assaut depuis l'extrémité de la route Albert/Bapaume, s'emparant du début de la tranchée nommée " K " ainsi que du reste de Pozières. La ligne de front australienne a désormais dépassé Gibraltar.

L'importance tactique de Pozières est telle que les allemands lancent des contre-attaques afin de reprendre le village. Elles sont précédées par d'importants bombardements qui se poursuivent même après l'échec des attaques.
Plusieurs fois, le 26 juillet, le secteur du Gibraltar est secoué par la chute d'obus de gros calibre, jusqu'à 20 à la minute. Deux transmetteurs sont tués lorsqu'une partie de la tour est pulvérisée. Avant la fin de la bataille, il ne restait déjà plus rien de la maison fortifiée.
Le bombardement intense et continu de la zone fait du Gibraltar un abri et un point d'appui d'une valeur inestimable pour les australiens. Les bataillons australiens utilisent ses abris souterrains comme quartier général et au mois d'août, ils y installent un centre de communication.
Jack Bourke, professeur des écoles de l'état de Victoria et soldat au 8ème bataillon, fouille l'intérieur du Gibraltar et décrit les liens bouleversants avec cet autre monde.
Le soldat de 2ème classe Jack Bourke: Dans un coin, une casquette d'officier avait été jetée sur un tas de boîtes à gâteaux. Ces boîtes en carton étaient cousues avec du calicot, tout comme les colis qui nous arrivent d'Australie. Les adresses, ainsi qu'une ou deux lettres, étaient écrites de la main d'un enfant.
A l'extérieur du Gibraltar, le contraste est saisissant. A perte de vue, il n'y a que des cendres, des trous d'obus et des vestiges de tranchées où gisent les restes de corps noircis...
Retour haut de page