Le Chemin de mémoire australien >

Albert

Version mobile
English

Albert

Albert, une ville d'une importance stratégique

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Albert est une ville située sur les bords de la rivière Ancre. Avant la guerre, sa population comptait 7400 âmes. Elle était le principal centre logistique et administratif de l'armée britannique pour l'offensive de 1916 dans la Somme. Sa proximité avec la ligne de front, seulement 2,5 kilomètres, la met à portée des tirs d'artillerie allemands dès le début de l'offensive du 1er juillet. Le quartier général des divisions australiennes qui combattent dans la Somme est établi dans la ville. Les soldats australiens traversent ainsi Albert vers la ligne de front en vue des offensives sur Pozières et la ferme du Mouquet.
Chaque australien se souvient de la Vierge dorée de la Basilique Notre-Dame de Brebières perchée au sommet de son clocher, à 70 mètres de haut. Touchée par un obus en janvier 1915, elle reste suspendue à l'horizontale au-dessus de la place de la ville, comme un plongeur prêt à sauter. La " Vierge penchée " devient un emblème important et bien connu de la Première Guerre mondiale. " On pouvait vraiment imaginer qu'elle se penchait intentionnellement pour bénir les milliers de soldats qui passaient à ses pieds ", écrit le capitaine Gordon Maxfield, du 21ème bataillon d'infanterie australien. Les australiens la surnomme Fanny Durack, en hommage à la première championne olympique australienne qui remporta le 100 mètres nage libre aux jeux olympiques de Stockholm de 1912.
Suite à la prise d'Albert par les allemands en mars 1918, lors de leur grande offensive de printemps, " l'offensive Ludendorff ", l'artillerie britannique détruit le clocher de la basilique. Les observateurs allemands ne peuvent plus l'utiliser. Du même coup, ils balayent aussi certaines légendes populaires comme : " quand la Vierge tombera la guerre sera terminée ", ou bien encore, " les responsables de sa chute perdront la guerre ". En effet, les britanniques reprennent la ville vers la fin du mois d'août et, trois mois plus tard, à la signature de l'Armistice en novembre, ils sont du côté des vainqueurs.
A ce moment-là, Albert est totalement en ruine. Il ne reste plus que 120 habitants. Avant même que sa reconstruction soit terminée, la ville est déjà un point de départ important pour le tourisme de guerre. D'ailleurs, Albert est encore aujourd'hui un lieu incontournable pour le tourisme de mémoire. La réplique de la Vierge dorée qui trône au sommet de la basilique, reconstruite à l'identique, est visible depuis le mémorial et le cimetière britanniques de Pozières.
Retour haut de page