Aubechies >

Le moulin et la fontaine au lait battu

Version mobile
English Néerlandais

Le moulin et la fontaine au lait battu

A côté du vieux moulin, une jolie fontaine à l'eau limpide où les fermières venaient laver le beurre

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le moulin et la fontaine au lait battu
Les fontaines sont à ce point nombreuses à Aubechies et autour de Beloeil que l'office de tourisme vous en propose un circuit d'interprétation. On vous y contera la légende de " la fontaine bouillonnante ", les bienfaits de " la fontaine des malades " avec son eau un peu gazeuse aux vertus digestives. Et vous saurez tout de la fontaine sous vos yeux, baptisée " fontaine au lait battu " :
Pourquoi donc ce nom de lait battu ? Parce que l'eau était si limpide que les fermières (Carmelina Ricotta, chargée de communication à l'office de tourisme de Beloeil) au temps bien entendu où il n'y avait pas d'eau courante et pas de puits dans les maisons, venaient y laver le beurre. Le beurre était lavé plusieurs fois. Le dernier rinçage du beurre se faisait dans cette Fontaine au lait battu, qui en a gardé le nom. Auparavant elle avait aussi un petit toit. Ça faisait comme un puits. Donc elle était un petit peu abritée pour aussi garder sa limpidité. Et ça faisait vraiment comme un puits à l'ancienne comme on peut voir parfois.
C'est la rivière Secours de la Dendre qui alimente ces fontaines. Elle aussi qui faisait tourner le moulin derrière vous dont on peut encore voir l'emplacement des roues. Il remonte au moins au 15ème siècle. D'abord propriété des moines, il passe au 18ème aux mains du seigneur d'Aubechies.
Au côté du meunier, de nombreux artisans faisaient vivre le village :
On avait du tissage. On est aussi pas loin des marchands de lin de Stambruges. On a quand même aussi de l'industrie textile. Et on avait aussi des sabotiers. Donc on avait le moulin, on avait des sabotiers, on avait des tisserands, on avait tout ce qui faisait marcher un petit peu l'époque.
Sans oublier le curoir :
Alors le curoir c'est l'endroit où on séchait le linge en fait. Il faut bien se rappeler hein pas d'électricité pas de moyens modernes pour sécher les grands draps qui étaient bien sûr très épais à l'époque. Donc on posait le linge sur l'herbe. Ce qui d'ailleurs lui rend sa blancheur éclatante à ce qui paraît. Si par exemple on a encore de nos jours du linge qui est un peu terne, il suffit de le mettre sur l'herbe. Il paraît que la blancheur du matin donne sa blancheur au linge.
On vous laisse le soin de tester l'efficacité de cette méthode.
Retour haut de page