Pays d'Aubagne et de l'Etoile >

Auriol

Version mobile
English

Auriol

A l'Eglise : "République française : Liberté Egalité Fraternité". A Auriol uniquement !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Auriol, sur le cours du 4 septembre sous de magnifiques platanes.
Vous voyez ces bancs ? Profitons-en pour contempler la rivière de l'Huveaune qui passe là devant nous.
Et si nous remontions le temps pour arriver à Auriol à la fin du 19 ème siècle ?
A l'époque, il n'y a pas ici de " Cours du 4 septembre " mais simplement la " place du Cours ". La municipalité change le nom en 1910, en souvenir de la chute du Second Empire et de Napoléon III le 4 septembre 1870.
Essayez maintenant de deviner ce qui s'est passé 3 années avant ce grand moment d'histoire ? Oh bien sur, ça n'a rien à voir mais c'est une histoire étonnante, celle d'un trésor découvert par un tout jeune habitant de 16 ans. C'est le chanoine Bargés , illustre professeur de la Sorbonne qui aura pour mission de gérer le butin.
- L'histoire se passe donc un matin, fin février 1867, chanoine Bargés ?
- Oui, ce jour là, il fait très froid et le jeune André Aubert s'occupe d'une souche morte d'oliviers dans un verger. Dessous, il trouve une urne d'argile grise en partie brisée. Et à l'intérieur, des centaines de petites pièces d'argent !
- Des centaines ?
- Oui, 2130 exactement ! Et de l'argent pur encore. On pense que ce trésor avait été enfoui vers 460 avant notre ère mais les pièces dataient de la fin du 6 ème siècle avant Jésus Christ.
- Alors le jeune garçon est devenu riche ?
- Eh, cette trouvaille lui a rapporté environ 10 000 francs or ! Aujourd'hui, vous seriez moins chanceux. Eh oui, le sous-sol est propriété de l'état, et si vous y trouviez un trésor, tout lui reviendrait..... Et puis il y a eu d'autres heureux : les historiens de l'époque ! Grâce à cette découverte, ils avaient la preuve que 25 siècles plus tot , Auriol était un lieu de résidence pour des commerçants massaliotes grecs.
Déplacez vous maintenant légèrement sur la droite, toujours face à l'Huveaune. Vous voyez le clocher carré en face de vous ?
C'est celui de l'église St Pierre. De loin comme ça, elle n'a rien d'original. Mais si vous allez voir de plus près son fronton, vous n'allez pas en croire vos yeux.
En 1880, la République est triomphante et le maire, Amédée Baux a l'idée de faire inscrire sur cette église : " République française : Liberté Egalité Fraternité ".
Et ça, ça n'existe qu'à Auriol.
Retour haut de page