Petit train d'Artouste >

Flore

Version mobile
Espagnol English

Flore

Découverte de la flore des montagnes : du trèfle à l'Edelweiss

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Regardons ces fleurs qui bordent la voie ferrée. Repérons entre autre le rhododendron dont les fleurs rose vif forment une trompette évasée. C'est une plante rustique qui résiste aux hivers rigoureux. Il y aussi la gentiane jaune et sa ligne élancée. On l'utilise en infusion pour soigner les troubles digestifs.
Passons maintenant au trèfle.
essayez de repérer ces trois feuilles caractéristiques. Essayez... car les moutons en raffolent ! Ce trèfle a la particularité d'avoir un goût de réglisse. Les bergers récoltaient les racines que toute la famille mâchait. C'était le chewing-gum de l'époque !
Et savez-vous qui est la reine de ces sommets ? Elle arbore une robe cendrée, elle pousse l'été sur des falaises, et elle porte bonheur. C'est ... l'edelweiss ?
Exactement. Charles Gerbet, chef de secteur du Parc National en Vallée d'Ossau, connaît son astuce pour résister au froid. Les espagnols l'appellent flora de nieve la fleur des neiges. Ici on l'appelle l'immortelo. En béarnais, gascon, c'est son nom. C'est une plante qui s'est adaptée à l'altitude. Comment ? Eh bien tout simplement, le froid a fait réagir cette plante et lui fait pousser comme des pilosités. C'est comme de la laine. Mais quand on regarde très bien, c'est comme des poils, comme de la soie, et ça la protège, ça lui évite de se geler.
Au 15 août, deux jours avant la fête traditionnelle, les jeunes garçons de Laruns partent dans la montagne avec les anciens pour cueillir des bouquets d'edelweiss. On appelle ces jeunes les baladins. Et que font-ils des bouquets ? Ils les offrent à leur promise ? Ils les offrent à tous les villageois durant l'aubade.
Au cours de ces fêtes de villages, les hommes et les femmes portent le costume traditionnel ossalois.
Avec un capulet, c'est-à-dire une coiffe rouge, pour ces dames, et ces messieurs portent un béret et des chausses en laine blanche.
Jusqu'à tard dans la nuit, les danses se succèdent au rythme des tambourins, des flûtes et de l'accordéon. Et on chante aussi ! On chante en béarnais. C'est un lien très fort entre les habitants. Pierre Vidal est ébéniste. Il fabrique des instruments traditionnels et chante avec fierté.
" une fête réussie, pour nous, pour notre génération de jeunes, c'est déjà de se retrouver tous ensemble dans une fête traditionnelle, en portant le costume, la musique, la danse, le chant, qui est notre façon de communier entre nous. Il y'a très peu de fête où il y a des grands discours, on chante beaucoup. Ici la musique, ben c'est la musique traditionnelle avec le tambourin à cordes et la flûte à trois trous. A l'époque, c'était accompagné par des violons. Maintenant c'est accompagné par des accordéons "
Et l'occitan, on peut l'apprendre comment ??
Pour les + jeunes, il existe des calandrettes, des écoles bilingues occitanes.
les petits réapprennent la langue, ils reparlent avec des personnes + âgées, leurs grands-pères ou comme ça.
c'est vrai que la culture, l'identité est plus forte que tout et du coup, c'est comme la nature, ça refait surface.
Retour haut de page