Les Pierres Dorées >

Theizé

Version mobile
English

Theizé

Nous sommes à Theizé, devant la croix des enfants, sur la place près de la mairie.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Theizé, devant la croix des enfants, sur la place près de la mairie.
Une croix en pierres dorées qui date de 1567. Un symbole du travail des tailleurs de pierres dans la région.
Et les statues dans les niches ?
Elles ont été rajoutées au début des années 2000. Elles représentent St-Claude, l'un des patrons des tailleurs de pierres, et St-Antoine, patron de la paroisse de Theizé.
Guy Claudet, érudit local, nous en dit plus sur le lien du village et de la pierre dorée...
A Theizé, il y a avait a peu près 5 à 6 carrières, dont l'exploitation a commencé du 14e-15e siècle jusqu'à nos jours. Theizé est en grande partie un village de tailleurs de pierre au départ, ce qui explique les belles bâtisses, bien que la plupart des grosses constructions qui caractérisent Theizé, beaucoup de maisons bourgeoises, de maisons de maitre ou des bâtiments publics sont quand même du 19e.
C'est un enchantement de venir ici par une journée ensoleillée, la pierre offre toute une déclinaison de teintes dorées...
Selon l'ensoleillement et surtout selon le taux d'humidité de l'air, et c'est vrai que si vous arrivez après une pluie et avec un bel arc-en-ciel derrière, la pierre, moi je dis que la lumière sourd des pierres, elle coule des pierres. Ce qui fait des teintes orangées, jaunes, rouges, roses tout dépend de quelles carrières sont issus les différents bâtiments.
Mais au Moyen-âge, le village avait un autre aspect, car de nombreuses maisons étaient recouvertes de crépi...
Historiquement certaines maisons ne sont pas faites pour être en pierres apparentes, autrefois on enduisait les murs pour assurer une étanchéité et une isolation, le goût de la pierre jointe est une espèce de romantisme du 20ème siècle, on voit bien les bâtiments qui méritent d'être en pierres apparentes : les pierres sont taillées, alors qu'il y a beaucoup de façades de maisons qui sont faites avec des pierres entassées et qui étaient destinées à être enduites, ce qui s'explique aussi très visiblement par des encadrements de portes ou des fenêtres qui sont en saillie, s'ils sont en saillie, c'est qu'il y avait un enduit, qui venait à ras des pierres taillées.
Il y avait ici trois châteaux à l'époque, marquant l'importance du bourg, on dépendait ici de la seigneurie de Oingt.
Le château du Sarou a disparu, mais vous pouvez encore admirer la façade du château de Rochebonne et la vieille église dans les ruelles derrière l'édifice....
Le château de Rochebonne ne se visite pas, mais il accueille chaque année au mois de septembre un festival de musique classique...
En revanche, vous pouvez visiter le château de Rapetour. C'est une belle demeure du 18ème siècle d'influence italienne.
Avant de quitter la commune, rendez-vous aussi au lavoir, situé sur la voie du Tacot, une voie ferrée qui reliait Villefranche-sur-Saône à Tarare. Elle passe notamment par Jarnioux, un village qui vaut vraiment le coup d'oeil, notamment son château, construit à flanc de coteau et qui remonte au 13e siècle.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page