Les Pierres Dorées >

Marcy

Version mobile
English

Marcy

Nous sommes à Marcy, aux pieds de la Tour Chappe.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Marcy, aux pieds de la Tour Chappe.
A son sommet : un mécanisme en bois.
C'est une antenne ?
Non, un système de bras articulés que l'on utilisait pour transmettre des messages... un télégraphe optique inventé par Claude Chappe.
L'ancêtre du SMS alors ???
Si l'on veut.... La tour de Marcy se trouve sur la ligne Paris-Lyon, mise en service en 1807. C'est la 55e station sur 58 au total. Elle est située entre la Tour de Theizé au Nord et celle de Dardilly au Sud.
Mais revenons à la fin du 18e siècle..... La France vient de tourner la page de la Révolution. Le pays est vulnérable et cherche à se protéger de ses voisins ... L'armée a donc besoin de sécuriser ses frontières et d'être informée de la position des troupes ennemies...
(cheval au galop)
Oui, mais voilà, on est encore au temps des diligences...
Avant le télégraphe, les dépêches étaient transmises à la vitesse d'un cheval au galop puisqu'elles étaient transmises soit par malle-poste, soit par coursier...
Francine Michon de l'association Côté Tour...
Donc pour faire Paris-Lyon -500 km- un cheval mettait 5 jours. Avec le télégraphe on entre dans l'ère des télécommunications modernes et de la rapidité dans les télécommunications, puisque cette même dépêche va mettre une heure entre Paris et Lyon.
L'armée utilise donc ce nouveau moyen de communication de 1794 à 1852. Un réseau se développe en étoile depuis la capitale et sur près de 5 000 km, avec 535 tours au total desservant 29 villes.
Oui mais comment cela fonctionne exactement ??
Et bien, c'est un système à vue. La combinaison des positions du régulateur (le bras le plus long), et des indicateurs (les petits bras à ses extrémités), donne 196 signaux. Chappe en retient 98. La formation des signaux et leur transmission constituent les fondements de la télégraphie aerienne.
Et les signaux forment des lettres ?
Non, ce sont des messages codés que seul l'état-major peut décrypter. Chaque signal correspond à un mot ou à un groupe de mots.

Donc il y avait ici quelqu'un qui observait ces signaux et qui les retransmettait à la tour suivante ?
Oui. Ils étaient deux en fait. Deux stationnaires, aux aguets dès le lever du soleil.
...donc ils surveillaient l'oeil rivé à la lunette la tour suivante ou la tour précédente jusqu'à ce que le mécanisme sur les autres tours bouge. Il fallait qu'ils notent les signaux tels qu'ils les voyaient, ils les retransmettaient tels qu'ils les avaient vus sans en comprendre la signification.
Et oui ! ils ne pouvaient déchiffrer les messages codés qu'ils retransmettaient.
Mais en bout de ligne le message pouvait-il être déformé ?
Et bien, il ne valait mieux pas pour les stationnaires que ce soit le cas....
Les stationnaires touchaient 1,50 franc par jour, et quand ils faisaient une erreur, qu'ils omettaient un signe ils avaient une amende d'un franc et quand ils en rajoutaient un, ils avaient une amende de cinquante centimes, peut-être que quelques fois, c'est eux qui devaient payer pour pouvoir travailler tout simplement !
Ils sont restés ici jusqu'en 1852... Ensuite, l'électricité est venue supplanter le système à vue... La municipalité a racheté la tour et l'a restaurée au début des années 1980. Elle a ensuite été classée monument historique.
En tous cas, on a une belle vue d'ici : 360 degrés.
Et oui, c'est aussi pour cela que cet emplacement a été choisi !
Si vous êtes face à la tour, vous avez à droite les monts du beaujolais et à gauche, les monts du lyonnais. En vous retournant, par temps clair, vous pourrez peut-être apercevoir le Mont-Blanc !
Avant de repartir, faites un tour dans les rues de Marcy sur Anse : vous pourrez y découvrir des puits en pierres dorées, typiques du beaujolais, il y en a un, notamment, près de la mairie.
Et pour en savoir plus sur le télégraphe optique, contactez l'association Côté Tour !
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page