Les Pierres Dorées >

L'Arbresle

Version mobile
English

L'Arbresle

Nous sommes sur la place Sapéon à L'Arbresle, la porte d'entrée sud du Beaujolais des Pierres dorées.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes sur la place Sapéon à L'Arbresle, la porte d'entrée sud du Beaujolais des Pierres dorées. ....
Sur cette place, une très grosse pierre dorée avec cette inscription : Grand chemin de Paris à Lyon.
Et oui ! Nous sommes en contrebas de la Nationale 7. Cette pierre était un socle d'orientation, l'ancêtre des bornes kilométriques. Car la commune a toujours été à un carrefour des voies de communication. Daniel Broutier, de l'Association des Amis du Vieil Arbresle.
A l'époque des Francs et bien ce sera la route principale qui reliera Lyon avec Paris et qui s'appellera, " la via francisca ", puis " la voie royale ", puis " la voie impériale " et la fameuse numéro 7 tant chantée par certains chanteurs comme Charles Trenet.
Il faut dire que la ville est située entre deux rivières : La Turdine, juste derrière vous, et la Brévenne.
Sur le plan géologique, L'Arbresle, quand on prend une carte et que vous la regardez en couleurs, on a l'impression d'un vitrail moderne puisqu'il ya tellement de couleurs et d'enchevêtrement parce qu'on est vraiment à une confluence...
Terre de confluence entre les monts du Beaujolais, de Tarare ou du Lyonnais... Et cela se retrouve dans l'architecture. Regardez attentivement les différents bâtiments qui entourent la place.
Il y a une large palette de couleurs. L'église, c'est de la pierre dorée n'est-ce pas ?
Oui pour sa partie moderne : le clocher et la première travée qui datent du 19e siècle. Le reste été bâti au 15e siècle avec des pierres plus sombres, tirées de la vallée de la Brévenne.
Une église exceptionnelle car elle recèle les vitraux les plus importants du Rhône après ceux de la cathédrale St-Jean à Lyon.
Cette tour, à gauche, est dans des tons plus rosés...
C'est du grès. Il y a aussi des pierres volcaniques, issues des Monts de Tarare, et des pierres d'Apinost, un calcaire incrusté de gryphées (des huitres fossilisées).
Il y a un château également. J'imagine que la position géographique de L'Arbresle en faisait aussi un lieu stratégique ?
Oui, ce château-fort nous rappelle que L'Arbresle était un poste avancé de l'abbaye de Savigny. C'était surtout un lieu de passage. Au Moyen-âge, marchands et voyageurs faisaient halte dans les nombreuses auberges de la région : l'hôtel des trois maures, l'auberge du cheval blanc... Daniel Broutier nous apporte même une preuve supplémentaire : il y avait un Hôtel-Dieu à L'Arbresle.
Alors, aujourd'hui, quand on parle d'hôtel-Dieu, on pense à un hôpital, mais en fait, à l'époque, c'était plus un lieu qui était fait pour les gens de passage, pour leur permettre de se restaurer et de continuer leur route, voire, de les soigner dans des périodes d'épidémie. Cela pouvait également servir pour des personnes nécessiteuses de la ville pour leur donner des médicaments lors de grandes épidémies.
Aujourd'hui chef lieu du Pays de l'Arbresle (dix-huit communes et 35 000 habitants), la ville conserve sa vocation administrative et commerciale.
Située exactement au centre du département du Rhône, c'est un point de départ idéal pour découvrir des Pays aussi contrastés que le Beaujolais et le Lyonnais.
Et puis n'hésitez pas à vous balader dans les rues du Vieil Arbresle.
L'Office de tourisme est là pour vous renseigner.
Et pour les amoureux de la pierre dorée, faites un saut à Bully, à quelques kilomètres d'ici vous ne serez pas déçus !!
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page