Arles : rendez-vous au coeur de la Cité Romaine >

Porte d'Auguste

Version mobile
English

Porte d'Auguste

C'est sous son règne qu'un certain Jésus naquit en l'an zéro...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes porte d'Auguste.
Positionnez-vous sur le petit perron, sous la lanterne aux armes de la Ville.
Au dessus de nous, la Tour d'Auguste, la plus à gauche
Auguste est né sous le doux nom d'Octave. Il est le petit-neveu de Jules César. C'est sous son règne qu'un certain Jésus naquit en l'an zéro...
Juste avant sa mort Jules César adopte Octave, et le fait héritier de l'empire. Après de multiples péripéties, il devient enfin Empereur sous le nom d'Auguste en 27 avant JC.
A cette époque, le site d'Arles a déjà une importance considérable avec son Forum qui est en grande partie construit et ses remparts, dont la porte principale est encore debout.
Vous ne trouvez pas que ces remparts ne sont pas très hauts ? En fait, cette enceinte c'est plus pour le prestige que pour la défense...
Sous le haut empire, une pente douce mène jusqu'à la Porte d'Auguste, le boulevard Emile Combes actuel n'est creusé qu'à la fin du 18ème siècle.
Cette pente se prolonge par la via Aurélia qui rejoint la via Domitia : deux grands axes importants du réseau routier romain.
A l'époque, il y a beaucoup de circulation :
Femme - Et bien mon brave, voulez-vous dégager la voie, vous ne voyez pas que ma voiture appartient au " Cursus Publicus "
Homme - j'vois ben que c'est une voiture officielle mais mon char est lourd et je transporte des tonneaux plein de vin destinés à Rome ...
Femme - que m'importe, je suis Livie, l'épouse du sénateur Crassus, vous entendrez parler de moi si vous ne libérez pas la voie immédiatement !!
Les voies romaines étaient larges de 6 mètres en moyenne et rectilignes. Les romains n'aimaient pas les virages, et oui, les essieux pivotants n'étaient pas encore inventés !!
Tous les 1481 mètres, le mille romain, les bornes milliaires jalonnaient la route.
Regardez en contrebas, de l'autre coté du Boulevard, le mur du cimetière forme un angle. Là, une plaque indique l'arrivée d'un aqueduc romain ....
Jalousement surveillé, il amène l'eau dans la ville.
Les ingénieurs romains déjouent tous les obstacles sur le parcours de ces conduits de plomb. Tel l'arlésien Quintus Candidus Begninus :
" personne ne fut plus savant que lui : personne ne le surpassa dans la construction des machines ou le tracé des aqueducs "
L'eau est ensuite stockée dans un château d'eau au point le plus élevé. Elle alimente alors les thermes, les latrines et les fontaines publiques.
A l'horizon, la chaîne montagneuse des Alpilles, d'où arrive l'eau. ? mi-chemin : Fontvieille et son moulin cher à Alphonse Daudet.
L'auteur des " lettres de mon moulin " et de..." l'Arlésienne " celle dont on parle et qu'on ne voit jamais ! ...
Ce drame de l'amour contrarié s'achevant par le suicide de " Frédéri " est devenu l'un des emblèmes de la culture arlésienne et camarguaise.
Et la " farandole " de Bizet son symbole musical ...
Retour haut de page