Arles : rendez-vous au coeur de la Cité Romaine >

Place du Forum

Version mobile
English

Place du Forum

Le Forum chez les romains c'est le coeur de la ville.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes place du Forum.
Positionnez-vous à l'angle de la rue, à gauche du Café Van Gogh.
Regardez la place.
Ici, c'est le coeur de l'Arles romaine qui bat encore...
En 49 avant Jésus Christ, Jules César est en pleine conquête de Marseille. Il reçoit une aide précieuse : 12 vaisseaux de guerre construits sur les rives du Rhône à Arles.
Pour remercier la ville, il fonde Arelate , sur un immense territoire confisqué aux Marseillais.
Sur notre gauche, à l'angle de la rue, sur le mur, intimement mêlées à la maçonnerie, se dressent deux Colonnes surmontées d'un fragment de Fronton . Ce sont les vestiges du Forum.
Le Forum chez les romains c'est le coeur de la ville. Une vaste esplanade rectangulaire entourée de portiques. Grouillante de vie. On y vient pour consulter les services judiciaires, administratifs, religieux, et puis, il y a les commerces.
Et sous nos pieds, savez-vous qu'il y a une vaste galerie souterraine ? Les cryptoportiques ...
On a tout dit pour expliquer leur présence ! Que cette galerie protégeait les promeneurs des chaleurs, qu'on y stockait des céréales ...
Aujourd'hui, les archéologues constatent surtout, que ces fondations souterraines permettaient la surélévation des monuments et portiques, et contribuaient ainsi à la majesté de la place.
Regardons la statue au milieu de la place.
C'est Frédéric Mistral.
Toute sa vie, la passion de l'écrivain pour sa Provence est sans limite. A 29 ans - en 1859 - il publie " Mireille " Un succès dans le monde entier. Quand le poète reçoit le Prix Nobel de Littérature, avec la somme reçue, il installe le Museon Arlaten , premier musée d'ethnographie du Midi, dans l'ancien collège des jésuites. "Je veux raviver en Provence le sentiment de race, provoquer une résurrection par la restauration de la langue maternelle et historique de mon pays, rendre la vogue au provençal par l'influx et la flamme de la divine poésie".
Vous verrez derrière le socle de la statue. Il y a un médaillon avec un portrait de Femme...c'est Mireille, son héroïne.
Et puis cette place, avec ses cafés, c'est le paradis des noctambules. L'un d'eux, un soir de septembre 1888, pose ici son chevalet. C'est Vincent Van Gogh. Il observe...
" Sur la terrasse, il y a de petites figurines de buveurs. Une immense lanterne jaune éclaire la terrasse, la devanture, le trottoir... Et projette même une lumière sur les pavés ....... "
Aujourd'hui le café porte le nom de Van Gogh.
Plus tard, dans les années 50, la place reste prisée par les artistes. Pablo Picasso et son ami Jean Cocteau descendent à l'Hôtel Nord Pinus .
Monsieur Rouquette, à l'époque, jeune Conservateur des Musées d'Arles, devient l'ami de Pablo Picasso. Il nous éclaire sur sa présence durable à Arles : " Il y avait à Arles, justement, à cause de la guerre civile, une masse assez sensible d'espagnols réfugiés, politiques, qui était en général des rouges, qui avaient fuit Franco, qui s'étaient installés ici où ils faisaient des petits métiers ... et tout ce petit monde vivait autour de la place du Forum qui a toujours été depuis l'Antiquité, justement, ce centre un peu vivant, interlope et mêlé de la cité romaine ... Picasso a pris l'habitude de venir à Arles .... Je crois d'abord parce qu'il il trouvait une ambiance très proche de ce qu'il aimait, le petit peuple espagnol, des gens qu'il adorait.
Retour haut de page