Argentat >

Le couvent des récollets

Version mobile
English

Le couvent des récollets

Ce lieu, aujourd'hui transformé en école, joue un rôle essentiel dans l'histoire d'Argentat.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le couvent des récollets
Ce lieu, aujourd'hui transformé en école, joue un rôle essentiel dans l'histoire d'Argentat. Au 17ème siècle, les récollets, un ordre mendiant fondé pour perpétuer l'action et la pensée de Saint-François d'Assise, prend part à la contre-réforme.
prêtre (écho comme dans une église)Après ces coupables errances si largement partagées, il est grand temps, mes enfants, de rétablir et de propager la vérité. C'est là votre mission.
Comme dans les deux autres couvents que compte alors la ville, ceux des Ursulines et des Clarisses, on s'attache avant tout à inculquer aux enfants et aux jeunes gens la doctrine catholique.
S'ils sont bien sûr chrétiens, les uns comme les autres, catholiques et protestants viennent de s'opposer très violemment pour des raisons en partie religieuses.
Vous voulez tester vos connaissances ? Ecoutez bien.
Animateur jeu Les protestants ne reconnaissent pas l'autorité du pape... Vrai ou faux ? ....Vrai, très bien...
Ils se réfèrent quasi exclusivement à la bible et accordent moins d'importance à la tradition sacrée... C'est vrai aussi.
On trouve le même nombre de sacrements chez les catholiques et les protestants... Faux... Chez les protestants, seuls existent le baptême et l'eucharistie, alors que les catholiques en comptent cinq de plus, notamment le mariage et l'onction des malades.
Dernière question, restez concentrés : les protestants ne croient pas à l'immaculée conception et ils ne vénèrent donc pas Marie. Oui, c'est exact. Bravo !
La liturgie, elle aussi, est différente, bien plus sobre chez les enfants de Luther. Mais si ce différend théologique a pu prendre un tour si violent, c'est en grande partie pour des enjeux de pouvoir, aussi bien à l'échelle de l'Europe qu'à l'échelle de la ville.
Petit retour en arrière. Située dans la plaine de la Dordogne, un cours d'eau qui favorise les déplacements et donc la circulation des idées, Argentat n'échappe pas à la fièvre qui, au 16ème siècle, s'empare de la France.
Ce sont , dit-on, les gabariers, ceux qui descendent le fleuve à bord de leurs embarcations rudimentaires, qui ont ramené du bas-pays les idées nouvelles. Celles-ci séduisent aussi le vicomte de Turenne, qui règne en ces lieux et qui va entraîner dans la conversion au protestantisme toute une partie des Argentacois.
Aussi, pendant les guerres de religion, catholiques et protestants se disputent le contrôle de la ville. Tour à tour, les deux communautés s'approprient l'église et le cimetière.
Une solution semble être trouvée. Le consulat, créé en 1615 pour gérer la ville, se voit doté d'un quatrième membre pour que deux voix reviennent aux catholiques et deux aux protestants. Mais en 1683 surviennent les dragonnades, des persécutions commises par les redoutables dragons, des militaires à cheval.
Les protestants sont contraints à la conversion et leur temple est détruit.
Poursuivons maintenant notre chemin. Direction les quais. Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page