Argentat >

La place Delmas

Version mobile
English

La place Delmas

Issu d'une famille de la bourgeoisie militaire, Delmas, adolescent, participe à la guerre d'indépendance de l'Amérique.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Elle porte le nom d'une des plus célèbres personnalités d'Argentat, le général Antoine Guillaume Delmas. Lorsque vous êtes devant son buste, regardez, sur votre gauche, la maison à pans de bois. C'est là que cet homme illustre est né en 1768.
Issu d'une famille de la bourgeoisie militaire, Delmas, adolescent, participe à la guerre d'indépendance de l'Amérique.
Puis à la Révolution, il devient chef du bataillon de volontaires corréziens de l'armée du Rhin, et forge sa réputation en multipliant les actes de bravoure. Ainsi, on le voit un jour aller chercher un drapeau au milieu de la cavalerie ennemie, au détriment de deux hussards qui tentent de l'en empêcher et rapporter l'étendard sous les applaudissements de son avant-garde.
Promu général de division à tout juste 26 ans, Delmas mène une brillante carrière dans le sillage de Bonaparte. Mais son fort tempérament finit par ruiner ses ambitions. Un jour, alors qu'il participe à une fête organisée à l'occasion de la signature du concordat, il adresse à Napoléon des propos qui lui coûtent très cher.
Delmas Voix grave militaire : Cette fête est très réussie, il n'y manque que le million d'hommes qui s'est fait tuer pour détruire ce que vous venez de rétablir.
Sans surprise, Delmas tombe alors en disgrâce et doit s'exiler; il s'établit en Suisse. Après 11 ans d'éloignement, il demande à réintégrer l'armée. Napoléon accepte. Mais cette décision aura des conséquences funestes pour l'enfant d'Argentat puisque Delmas tombe, mortellement blessé, à la bataille de Leipzig.
Maintenant, observez, en contrebas, les anciennes halles, construites en 1826. Elles nous rappellent que l'économie d'Argentat, pendant très longtemps, doit beaucoup aux artisans et agriculteurs des villages voisins qui, à des dates fixées à l'avance, viennent vendre leurs produits. La cité vit ainsi au rythme des foires et marchés. Dès 1263, Bernard de Ventadour, obtient du vicomte de Turenne le droit pour Argentat d'organiser ces foires. Le vicomte accorde même sa protection à tous ceux qui s'y rendent ou en reviennent.
Plus tard, à l'approche de la révolution, Argentat compte une foire au sixième jour de chaque mois, à laquelle il faut ajouter la foire des rois, le 5 janvier.
Aujourd'hui, les marchés se tiennent les jeudis place Joseph Faure.
Partons maintenant vers l'église Saint-Pierre. Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page