Angoulême et ses murs peints >

Hôtel de ville

Version mobile
English

Hôtel de ville

La Charente : un jour française, un jour anglaise.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes dans les jardins de l'hôtel de ville, devant la statue de Marguerite d'Angoulême.
La soeur aînée du roi François 1 er . Elle naît ici, au Château d'Angoulême en 1492, mais y vivra peu. Mariée à 17 ans, veuve à 33, elle devient Reine de Navarre après son second mariage. Considérée comme l'une des femmes les plus instruites de son temps, elle encourage la foisonnante richesse des Arts et Lettres de la Renaissance. On lui doit aussi une oeuvre littéraire conséquente dont son ouvrage le plus connu : l'Heptaméron.
Ce sont donc tout naturellement la parole et la diplomatie qui deviennent ses meilleures armes, pour servir les affaires du royaume,...
Elle est lassée des querelles entre ses belliqueux parents et maris. Et c'est avec d'autres "Dames" qu'elle négocie la fin des combats entre les Habsbourg et les Valois. En pleine tourmente, elle obtient même de Charles Quint, roi d'Espagne, un sauf-conduit pour aller remonter le moral de son "Petit frère François", en train de dépérir d'ennui et de chagrin dans une prison de Madrid.
Il parait qu'elle a failli y être prisonnière à son tour ! Tout ça par amour pour son frère !
C'est une femme de coeur, sensible à toutes les infortunes.
Elle ne manque pas non plus de courage. Elle usera de toute son influence, au risque de se compromettre à la cour, pour défendre et protéger de la persécution, les adeptes de la réforme protestante. A la mort de François 1 er , elle se retire dans son château de Nérac et décède 2 ans plus tard à Odos près de Tarbes.
Revenons sur cette lignée des comtes d'Angoulême. Elle commence au 10 ème siècle avec la dynastie des Taillefer oe un surnom donné au comte Guillaume , qui lors d'un duel, avait coupé de haut en bas et d'un seul coup d'épée le roi des Normands portant " lourde cuirasse ".
Jusqu'au 14 e siècle, au fil des guerres, alliances et traités, la Charente change souvent de couronne : un jour française, un jour anglaise.
L'historien Jacques Baudet évoque pour nous les comtes d'Angoulême :
On est passé des Taillefer qui étaient une famille de l'époque Carolingienne, qui est tombée en désuétude (ou en quenouille comme on disait à l'époque) puisque c'est une fille la dernière : Isabelle.
Isabelle se marie avec Jean surnommé Jean sans Terre, elle devient reine d'Angleterre, elle a 5 enfants avec lui, elle se remarie, elle a de nouveau 5 enfants avec son nouveau mari Hugues de Lusignan.
C'est pour ça que la tour principale de l'Hôtel de Ville s'appelle la Tour Lusignan , parce qu'elle était comtesse d'Angoulême et de Lusignan par son 2 e mariage...
En 1373 grâce à l'action du Connétable Du Guesclin et du roi Charles 5, l 'Angoumois retombe dans la mouvance Française , le territoire est accordé de nouveau à un prince apanagiste Français, quelqu'un de la famille royale, et c'est justement là qu'on voit arriver les Valois Orléans, une branche modeste de la famille royale, mais qui donnera un surgeon plus tard, le comte Jean puis le comte Charles...
Et le 3 e comte de cette famille c'est François qui deviendra roi sous le nom de François 1 er .
Très tôt, dès le 13 ème siècle, la cité obtient des anglais le privilège d'avoir un maire. A l'époque il doit veiller en bonne entente avec les représentants du roi : à la défense de la ville, au droit et à la justice, à l'entretien des remparts. Il a des attributions plutôt oubliées de nos jours : il s'occupe par exemple, de la composition et du prix du pain, de la qualité du vin et des denrées alimentaires !!! Et de la propreté.
Parmi les maires de la ville, Auguste Mulac, détient le record du plus long mandat : 21 ans, au début du 20 ème siècle. Il mènera d'importants travaux d'urbanisme en développant les réseaux d'eau, d'électrification, en construisant des voies et des écoles. En 1909, pour réduire les accidents automobiles qui se multiplient, il limite la vitesse à 12 Km/h dans la Ville.
Il ne se doutait pas que 30 ans plus tard des bolides se lanceraient dans les rues à plus de 100 km/h . C'est la première épreuve du circuit des remparts.
Un circuit, qui revit aujourd'hui grâce au charme rétro des courses historiques, chaque 3 e Week-end de septembre.
Le bâtiment de l'hôtel de ville qui se dresse devant nous est en lui-même un condensé d'histoire, associant les vestiges du château des comtes d'Angoulême et une architecture néo médiévale.
L'architecte Paul Abadie supervise sa reconstruction qui va durer 12 ans et coûter 3 fois plus cher que prévu.
Achevé en 1868, ce bâtiment de style Néo-médiéval ne conserve, en dépit des promesses initiales de l'architecte, que les deux tours du Château d'origine.
En face de nous le donjon polygonal, achevé au 13 ème siècle par les Lusignan et, à l'angle gauche du bâtiment, la tour ronde 15 e des Valois, qui a vu naître Marguerite d'Angoulême.
Les deux tours offrent un beau point de vue sur le plateau et ses alentours.
Dans la cour intérieure vous découvrirez 4 façades qui adoptent des styles différents selon la nature des pièces qu'elles abritent.
Coté porche, la façade la plus décorée, dominée par son beffroi gothique d'inspiration flamande, symbolise les lieux du pouvoir municipal.
En face, de grandes baies vitrées de style Renaissance illuminent les salons d'apparat.
Les bureaux administratifs se contentent de la façade la plus sobrement décorée.
La 4 e façade portant l'inscription "État Civil" habille la base du donjon polygonal.
Journal de bord du Pilote explorateur Giovanni da Verrazano en l'an de grâce 1524.
Après un premier départ fort contrarié par les tempêtes, c'est finalement à bord de "La Dauphine" partie de Dieppe, avec 50 hommes d'équipage, que nous accostons en mars sur la côte Est d'un superbe pays que nous baptisons Arcadie .
Puis nous remontons la côte jusqu'à une rivière. Nous l'appellerons " Vendôme" .
Au nom du roi de France François 1 er , qui a soutenu et encouragé notre expédition, nous prenons possession des terres de cette baie que nous nommons " Nouvelle Angoulême "
Plus tard en poursuivant vers le nord c'est l'embouchure d'un nouveau fleuve qui s'ouvre à nous, ce sera la " Nouvelle-France ".
Depuis, ces territoires découverts par Verrazano pour la France ont changé de bannière. De noms aussi. Sauf l'Arcadie qui a glissé en Acadie.
La rivière Vendôme s'appelle Hudson, la Nouvelle Angoulême deviendra New York un siècle plus tard, et la Nouvelle France , explorée ensuite par Champlain, à l'embouchure du St Laurent, abrite nos cousins du Québec.
Quant à Verrazano, quelques années plus tard, lors d'une expédition en Amérique du Sud, il aura la malchance de débarquer sur une terre peu hospitalière, qui offrait seulement aux étrangers le triste privilège de constituer le plat de résistance d'un banquet indigène sur la plage
Reconnaissante, la ville de New York a baptisé son plus beau pont suspendu : "Verrazano".
Retour haut de page