La roselière de Normanville au Mesnil-Lieubray >

Le paysage

Version mobile
English

Le paysage

Le paysage de la Vallée de l'Andelle

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes tout près du Hameau de Normanville, près de la roselière.
Devant nous se dessine un paysage constitué de milieux très différents.
A nos pieds, la roselière, composée en majorité de roseaux comme son nom l'indique. Elle est traversée par un petit affluent de l'Andelle qu'on ne voit pas tant la végétation est touffue.
Ici, sont aussi cachés de nombreux oiseaux, mais nous y reviendrons à l'observatoire...
C'est l'une des quatre dernières roselières de la vallée, d'où l'importance de la préserver.
Au second plan, la haie d'arbres marque le caractère bocager du paysage. Ces haies se font d'ailleurs de plus en rares comme le soulignent les habitants de la région.
C'est la modification du paysage agricole avec la disparition des petites parcelles.
Daniel Buquet habite la vallée depuis plusieurs décennies et y a oeuvré en tant que maire de Croisy-sur-Andelle et conseiller général.

Ce n'est pas la disparition de l'herbe par rapport à la terre labourée, puisque, quand on se réfère aux historiens locaux, il y a aujourd'hui, dans la Vallée de l'Andelle, autant de terres labourées qu'il y en avait il y a une centaine d'années. Simplement, c'est vraiment le parcellaire qui a changé. Le parcellaire changeant, le ruissellement change donc les risques, les conséquences du côté de la rivière sont complètement bouleversées.
Les haies et les fossés, qu'on entretenait soigneusement autrefois, freinaient le ruissellement des eaux de pluie et limitaient les crues.
Donc on observe beaucoup plus, dans l'Andelle, des phénomènes de turbidité, de troubles, qu'on n'avait pas avant, lors de gros événements pluviométriques, à cause de cette modification.
Aujourd'hui, beaucoup d'agriculteurs ont pris conscience des bienfaits des haies et en replantent. Sur cette commune, par exemple, le maire a pris un arrêté pour protéger les haies.
Continuons à parcourir ce paysage. A l'arrière plan se dessine une colline, aux flancs nus, boisée en son sommet. C'est le Mont-Sauveur. Vous verrez ce type de paysage dans beaucoup de vallées normandes !
Le sommet de la colline est un milieu fermé, une forêt, où vivent des espèces forestières d'oiseaux comme le pic vert. Les pentes du coteau formées de pelouse-prairies, sont appréciées par les insectes, comme les papillons. On parle de milieu ouvert.

Avez-vous remarqué la rangée de peupliers située à votre droite ?
Ça, je sais bien à quoi ça servait !
Dîtes-nous, grand-mère !
C'étaient des peupliers plantés pour marier les filles. Ils poussent très vite. Leur bois servait de dot. Mon père disait qu'il ne fallait pas planter ces arbres en bord de rivière car leurs racines ne sont pas des plus solides.
Retour haut de page