La roselière de Normanville au Mesnil-Lieubray >

La gestion écologique

Version mobile
English

La gestion écologique

Le rôle des troupeaux

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant une prairie humide où pâturent très régulièrement des chevaux ou des vaches.
Vous aurez peut-être la chance de les voir en venant du printemps jusqu'en septembre.
Ils sont là pour maintenir le milieu tel qu'il est, tout simplement.
Ce qu'il faut s'imaginer, c'est que dans un milieu tempéré comme le nôtre, la végétation va toujours avoir tendance à se boiser.
Jean-François Dufaux est chargé de projets au Conservatoire des Espaces Naturels de Haute-Normandie.
Tout va aller vers le boisement. Tous les végétaux sont en compétition les uns avec les autres mais ils préparent aussi le terrain pour les arbres. Si, par exemple, il y a eu beaucoup de plantes qui se sont décomposées donc qui ont enrichi le sol, les arbres vont avoir tendance à pousser un petit peu plus vite.
Les chevaux et les vaches qui pâturent ici sont de races très anciennes qui ont failli disparaître. Elles sont pourtant très prisées aujourd'hui dans les espaces naturels parce qu'elles sont très rustiques.
Le cheval, est en fait un double poney appelé Konik polski. La vache, c'est la pie noir bretonne qui est capable de faire de grosses réserves de graisse en été pour passer l'hiver.
Ils sont plus sélectifs qu'un fauchage mécanique, qui réduit toute la prairie à la même hauteur. Leur action est très importante selon Jean-François Dufaux.
On entretient le site grâce à du pâturage. Il limite la progression des arbres voire la stoppe complètement et on arrive à préserver une multitude d'espèces qui poussent sur les prairies humides.
Les vaches aiment beaucoup les petites pousses d'arbres, par exemple, mais c'est le résultat d'une éducation de l'animal.
S'il est très jeune et qu'on lui apprend à manger, par exemple, des branches de saules... C'est ce qu'il va avoir autour de lui quand il sera jeune qui fera qu'il aura des habitudes alimentaires. Par exemple, s'ils sont habitués très jeunes à manger des orties, plus tard, c'est une plante dont ils raffolent.
Contrairement à bien des idées reçues, l'homme a donc un rôle à jouer dans le maintien des espaces naturels et de leur diversité. Aujourd'hui, laisser faire la nature ne suffit pas toujours !
Retour haut de page