Le Marais des Communaux à Elbeuf-sur-Andelle >

La vie d'une roselière

Version mobile
English

La vie d'une roselière

L'hôtel-restaurant des oiseaux

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la roselière, un milieu où les plantes ont les pieds dans l'eau pratiquement toute l'année.
On y trouve essentiellement des roseaux mais aussi la massette, avec son épi marron, quelques carex et des joncs. Il y a peu d'espèces végétales différentes mais beaucoup d'oiseaux.
Ouvrez bien les yeux...
Les oreilles plutôt. Ces oiseaux sont souvent de la même couleur que les plantes qui les entourent.
Matthieu Lorthiois est ornithologue au Conservatoire d'Espaces naturels de Haute-Normandie.
Les seuls indices qui soient fiables et qui permettent de suivre la reproduction, ce sont les points d'écoute, pour savoir si l'oiseau chante, sachant qu'un mâle chanteur, c'est un couple probablement nicheur. Il faut savoir les reconnaître, en général, plutôt le matin, sachant que certaines espèces peuvent imiter le cri d'autres espèces. Ça complique un peu la tâche !
Ça, c'est le chant de la Rousserole effarvatte, un petit oiseau brun qui migre vers l'Afrique de l'Ouest à la saison froide.
Ce joli chant est entonné par le bruant des roseaux, avec sa tête noire et ses ailes fauves. Il vit toute l'année dans la roselière.
Ce cri n'est pas celui d'un cochon en difficulté mais le chant d'un râle d'eau. On le reconnaît à son plumage tacheté noir et blanc et à son bec rougeâtre. On l'entend surtout en hiver.
D'autres oiseaux effectuent des passages plus rares comme le phragmite des joncs
Ces oiseaux viennent donc ici pour se reproduire, comme l'a dit l'ornithologue ?
Pas seulement. Ecoutez Matthieu Lorthiois.
Certains oiseaux, en période de migration, s'arrêtent dans les roselières pour reconstituer leurs réserves de graisse et font un deuxième saut vers une autre roselière plus loin. Si les roselières disparaissent un peu partout sur le territoire français, ils auront à faire des sauts de plus de plus grands et de plus en plus de difficulté à survivre entre deux roselières.
Malheureusement, beaucoup de roselières disparaissent, pour laisser place aux activités humaines ou tout simplement parce qu'elles s'atterrissent.
Elles s'atterrissent ??
On parle d'atterrissement de la roselière.
Chaque année, de nouveaux roseaux fanent et tombent. Il se forme un sol qui épaissit au fil du temps. Le milieu devient moins humide et plus favorable aux arbres comme les saules.
On ne peut rien faire pour empêcher ce phénomène ?
Si. On peut remettre en eau une partie de la roselière. Regardez à droite, il y a une grande mare en pente très douce qui a été créée dans ce but.
Retour haut de page