Sur la route des terroirs Alsaciens >

Colmar - Le Musée d'Unterlinden

Version mobile
English Deutsch

Colmar - Le Musée d'Unterlinden

Ce musée est installé dans un ancien couvent de dominicaines fondé en 1232, au lieu dit "Les tilleuls".

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant le musée d'Unterlinden.
Ce musée est installé dans un ancien couvent de dominicaines fondé en 1232, au lieu dit " Les tilleuls ".
En mémoire de ce lieu, le musée s'appelle " Unterlinden ", qui signifie " sous les tilleuls ".
Parmi l'immense collection du musée, on peut trouver : Au rez-de-chaussée : des peintures et des statues rhénanes datant de la fin du Moyen Âge ou de la Renaissance.
Au 1 er étage, des objets alsaciens : des costumes, des porcelaines, des armes, de l'orfèvrerie.
Dans les caves : des collections allant de la préhistoire à l'époque mérovingienne, ainsi que des tableaux de Renoir, Picasso, Nicolas de Staûl.
Une cave du vigneron, accessible depuis le cloître, où l'on peut voir un pressoir à cabestan du 17 ème , des tonneaux et des ustensiles utilisés par les vignerons.
- Et dans la chapelle : le chef d'oeuvre du musée, le Retable d'Issenheim.
Le retable d'Issenheim a été commandé par Guy Gers qui était percepteur au couvent d'Issenheim entre 1512 et 1516 à deux artistes Grünewald et Nicolas de Haguenau.
Marie-Hélène Siberlin, responsable de la communication du musée Unterlinden.
Il représente un Christ à la chair meurtrie, en référence aux malades que soignaient les Antonins d'Issenheim, en effet, ces malades étaient atteints de la maladie de l'ergo de seigle, parasite de la céréale qui bouchait les vaisseaux sanguins. Du coup, le retable d'Issenheim était un vrai support à la prière.
St Antoine a une place tout à fait particulière dans ce retable puisque c'est lui qu'on priait pour se protéger de cette maladie, " mal des ardents " ou " feu de St Antoine ".
Si vous ne trouvez pas une prière qui vous convienne, inventez-la... C'est St Augustin qui le dit.
Retour haut de page