Sur la route des terroirs Alsaciens >

Colmar - La Maison des Têtes

Version mobile
English Deutsch

Colmar - La Maison des Têtes

Au 17ème siècle, un marchand, Anton Burger, fait construire cette maison. Il fait poser ses armoiries, qui figurent un château, sur la façade.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la maison des têtes.
Au 17 ème siècle, un marchand, Anton Burger, fait construire cette maison. Il fait poser ses armoiries, qui figurent un château, sur la façade.
La maison est décorée d'une bien étrange manière 105 masques grotesques semblent observer ceux qui s'attardent devant la façade.
On se croirait happés par des légendes paillardes.
L'Alsace s'y connaît en légende. Gérard Leser, qui a plus d'une légende dans sa besace, nous conte l'histoire du fantôme de Colmar. Ecoutons-le.
A Colmar le Nochttier hante de sa présence protéiforme les environs de la cathédrale St Martin et du Koifus. Et c'est avec un plaisir particulier que le Nochttier y remplit son office nocturne.
Un nouvel habitant récemment arrive à Colmar avait entendu parler du fameux Nochttier et du fait que tout nouveau colmarien se devait de l'avoir vu. On lui avait dit qu'il était possible de bien le voir lors des nuits de pleine lune car à ces moments-la, il était un peu moins farouche et oubliait sa timidité naturelle. Lors d'une superbe nuit de pleine lune, le colmarien en question s'est installé à sa fenêtre, et s'est mis à l'affût, désireux de voir enfin le célèbre Nochttier de Colmar. Au bout d'une demi-heure d'attente, il entend soudain un bruit ressemblant à une respiration bruyante et difficile. Bientôt le Nochttier qui ressemblait vaguement à un chien entre dans son champ de vision. Soudain, d'un mouvement brusque il disparaît dans la nuit puis au bout d'un moment réapparaît, non sans avoir provoqué çà et là dans des ruelles proches des cris d'angoisse et des appels au secours.
Pour mieux observer les allées et les venues du Nochttier, l'homme penche sa tête hors de la fenêtre. Après 2 heures d'observation intensive, il commence à ressentir la fatigue et puis cela lui suffit, il a vu ce qu'il voulait voir. Il esquisse le mouvement de rentrer la tête par la fenêtre et constate, mais un peu tard, qu'elle a tellement enflé qu'elle déborde largement du cadre et qu'il lui est devenu impossible de la retirer. Il ne lui reste pas d'autre choix que d'attendre que sa tête veuille bien reprendre sa forme normale.
Alors, si jamais vous souhaitez voir le Nochttier de Colmar, attention à ne pas attraper la grosse tête...
Au 19 ème siècle, cette maison est louée par un négociant en vins. Et quelques années plus tard, c'est la Bourse aux vins qui s'y installe, puis, en 1904, un restaurant. Aujourd'hui, c'est toujours un restaurant.
" Pour bien aimer un pays il faut le manger, le boire et l'entendre chanter " C'est Michel Déon, de l'Académie Française, qui le dit.
En Alsace, le foie gras est une véritable institution.
Nous, le foie gras, on le travaille avec des épices, comme dans le sud-ouest
Marc Rohfritsch, cuisinier et dirigeant de la Maison des têtes et, contrairement à eux, nous mettons plutôt des alcools comme du kirsch ou du marc de gewurztraminer ou du riesling ou du tokay, ce qui donne un foie gras un peu plus nerveux
Le foie gras, ça a une longue histoire, on retrouve l'élevage des oies à l 'époque Egyptienne où ils avaient pour habitude de gaver des oies avec des figues.
Des siècles plus tard, c'est en partie à Jean-Pierre Clause, officier de bouche du gouverneur d'Alsace, que l'on doit la renommée du foie gras cuit. Le cuisinier fait cuire le foie, qui, jusqu'à présent, se mangeait cru, présente ce pâté à Louis XVI, qui, ravi, en fait l'une de ses habitudes gastronomiques.
Retour haut de page