Sur la route des terroirs Alsaciens >

Bergheim

Version mobile
English Deutsch

Bergheim

Nous sommes devant la porte haute. Au 14ème siècle, c'est l'entrée fortifiée de l'enceinte de la ville.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant la porte haute.
Au 14 ème siècle, c'est l'entrée fortifiée de l'enceinte de la ville.
Une partie du mur de cette enceinte médiévale est encore visible au nord.
Regardez, sur votre droite, près du parking, le petit jardin avec les rosiers. Un tilleul tient debout depuis le début du 14 ème siècle.
Pour la 1 ère fête populaire du village, il est déjà là. Il assiste, placide, à la fête.
" Manger et boire réunit le corps et l'âme " dit le proverbe local...
Au 14 ème siècle, les habitants le savent. Et aujourd'hui encore, les Alsaciens appliquent ce proverbe à la lettre.
Il faut dire que la gastronomie et les vins alsaciens ont de quoi séduire tout un régiment !
Dans la région, nous trouvons 7 cépages dont 4 cépages nobles. Petite particularité : il n'y a qu'en Alsace que les cépages donnent leurs noms aux vins...
Les noms des 4 cépages nobles sont Muscat, riesling, pinot gris et gewurztraminer.
Les autres cépages sont le pinot noir, le pinot blanc et le sylvaner.
Le pinot gris est celui qui nous permet le plus d'accords des mets et des vins possibles avec des sauces un petit peu relevées, accompagné d'écrevisses, des sauces homardines, vous pouvez choisir par exemple le rouget qui est un poisson très goûteux, par exemple une bouillabaisse, ça ira très bien.
Le riesling sert à accompagner les poissons. Le gewurztraminer pour le munster, et il est le compagnon qui peut se marier avec des plats un petit peu plu relevés, plus exotiques, par exemple avec une cuisine un petit peu indienne, chinoise, marocaine où vous avez des épices qui sont dans la sauce mais à ce moment-là, il faut choisir des gewurztraminer qui restent quand même un petit peu du côté sec même si des fois ils peuvent être un petit peu rond.
Entre 1582 et 1683, plusieurs procès de sorcellerie sont tenus à Bergheim.
Des dizaines de femmes, accusées de pactiser avec le diable, sont brûlées ou décapitées.
Retour haut de page