Un américain dans la Grande guerre : sur les traces de Joyce Kilmer >

La tombe d'Everit Herter

Version mobile
English Deutsch

La tombe d'Everit Herter

La tombe du fils de Albert Herter, un célèbre peintre américain

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le cimetière de Belleau compte 2 plots de tombes. Ici, c'est le plot A. En fait, le cimetière a schématiquement la forme d'un T dont la barre est formée par ces deux plots. Elle se déploie en léger arrondi de part et d'autre de la longue allée centrale. Comme deux bras qui enserrent la colline du Bois Belleau.
Chaque plot contient treize rangées de tombes. C'est là, allée 13, la dernière, qu'est enterré le sergent Everit Herter. Mort le 13 juin 1918. C'est le fils de Albert Herter, un célèbre peintre new yorkais. Un habitué des cercles artistiques de Manhattan. J'ai travaillé dessus pour mieux comprendre le milieu intellectuel dans lequel évoluait Kilmer.
J'ai appris par hasard aujourd'hui la disparition de Everit Herter, mort de ses blessures au bois Belleau. Il m'est arrivé de croiser son père, le célèbre peintre, dans quelque salon artistique. Je ne peux que compatir en pensée à sa peine présente. Je sais la douleur de la disparition d'un enfant. Notre pauvre Rose a quitté ce monde juste avant que je ne m'embarque pour l'Europe. La pauvre âme avait 5 ans. Ah Aline ! Ma tendre épouse, mes pensées volent vers toi en ces heures douloureuses. Te reverrai-je un jour ? Et nos 4 enfants ? Et le petit Christopher. Né alors que je vous quittais pour l'appel du devoir. Puisse Dieu m'accorder la joie de le voir grandir !
Albert Herter est surtout connu en France pour son immense tableau exposé depuis 1926 gare de l'Est. " Le départ des poilus. Août 1914 ". Je l'ai encore vu ce matin pour venir ici en train. Faut dire qu'il est difficile de le rater. Il fait 60 m2. Herter l'a peint en hommage à son fils Everit. On le voit d'ailleurs. Au centre. Il brandit un fusil dont le canon arbore un bouquet de fleurs. La fleur au fusil. Littéralement !
Bon ! Le temps de retrouver la petite auto qu'un copain m'a prêtée à Château-Thierry et je poursuis mon périple. Direction le cimetière Oise-Aisne. Près de l'Ourcq. Là où Kilmer a combattu avec la 42e division. J'en ai pour une demi heure de route à peu près.
Retour haut de page