Un américain dans la Grande guerre : sur les traces de Joyce Kilmer >

L'ancien pavillon de chasse

Version mobile
English Deutsch

L'ancien pavillon de chasse

Les ruines d'un ancien pavillon de chasse symbole de la fin des combats

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
" Je ne pense pas que je verrai un jour
Un poème aussi beau qu'un arbre
Un arbre dont la bouche affamée
Se presse contre la terre nourricière "...
Comment ne pas songer à " Arbres " dans cette forêt ? C'est le poème le plus célèbre de Kilmer.
Le décor ici m'y fait penser : les arbres tout autour, et les ruines de cette vieille maison. En fait, c'est un ancien pavillon de chasse qui a été maintenu dans cet état parce qu'il est un symbole de la fin des combats du Bois Belleau. On le voyait sur toutes les photos et les gravures de l'époque.
C'est dans ce secteur que se concentre la résistance allemande à la fin juin 18. Les américains ont baptisé le coin " le crochet ". Ils vont s'y battre pied à pied. Une véritable guerre de patrouille avec ses embuscades, ses pièges et ses coups de main. J'ai lu que comme beaucoup de soldats étaient d'origine germanique, ils utilisaient des cris ou des ordres en allemand pour semer le trouble chez l'ennemi.
Impossible aujourd'hui d'imaginer la forêt dévastée et les arbres calcinés par les combats.
... " Un arbre dont la bouche affamée
Se presse contre la terre nourricière 
 Un arbre qui regarde Dieu tous les jours
Et lève ses bras arborés pour prier
Un arbre qui durant l'été
Porte sur ses cheveux un nid de rouge-gorge
Sur lequel la neige s'est couchée
Et vit intimement avec la pluie "...
Mon fameux poème " Arbres " m'a apporté la gloire littéraire mais aussi de vives critiques. Je voulais que ces vers, dans leur délicieuse simplicité célèbrent la beauté du monde et ma profonde foi catholique. On en a moqué le style, trop sentimental soi-disant. On a dédaigné ma métrique trop traditionnelle. Mais je reste fier de ce texte. Le poète ne doit pas rougir de vers inspirés par l'amour véritable.
L'ensemble du bois Belleau est classé comme mémorial. Beaucoup de soldats allemands, français et américains y reposent encore à jamais.
Les lieux sont redevenus ce qu'ils étaient avant la guerre : un petit paradis de nature. Avec une flore et une faune riche et variée. Protégée par l'American Battle Monuments Commission et le conservatoire des sites naturels de Picardie. Des biches, des renards, des blaireaux. Je suis sûre que Kilmer aurait été sensible à la beauté de ces bois.
Bien. Retour à la clairière maintenant et direction le cimetière.
Les poèmes sont faits par de simples gens comme moi
Mais seul Dieu peut créer un arbre.
Retour haut de page