Un américain dans la Grande guerre : sur les traces de Joyce Kilmer >

En surplomb de la Marne

Version mobile
English Deutsch

En surplomb de la Marne

Un panorama sur la Marne aussi superbe aujourd'hui que stratégique à l'époque

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La cote 204 ! Ce nom vient de la cote topographique qui donne l'altitude de la colline. D'ici on comprend tout de suite l'importance stratégique des lieux. En surplomb de la Marne.
Alors, si je me souviens bien... Le 27 mai 1918, les allemands enfoncent le front au Chemin des Dames. Trois jours plus tard, ils atteignent la Marne, ici à Château-Thierry. Une percée d'une cinquantaine de kilomètres ! C'est énorme ! Côté français c'est un peu la panique.
Le général Foch demande alors à Pershing, le chef du corps expéditionnaire américain, d'envoyer des forces pour stopper au plus vite l'avance allemande sur Paris.
La 3e division américaine arrive sur site le 30 mai.
Château-Thierry est aux mains des allemands mais les alliés vont les bloquer sur la rive nord de la Marne pendant tout le mois de juin. Le théâtre des opérations, c'est donc à gauche de la rivière : les allemands. A droite : français et américains. Ils sont entrés en guerre en avril 17, pour eux, c'est le baptême du feu.
Le 15 juillet les allemands vont contre-attaquer. Ils lancent " Friedensturm ", une nouvelle offensive pour gagner définitivement la guerre en prenant Paris. Mais à nouveau, la 3e division les repousse. Elle y gagne sa devise " nous resterons là ", en français dans le texte s'il vous plaît. Et son surnom aussi : " le rocher de la Marne ".
 Je n'ai pas écrit suffisamment à mon goût depuis mon arrivée en Europe. Mais j'ai déjà suffisamment de matière pour mon livre quand j'aurai le loisir de m'atteler à la tâche. Pour l'heure, les combats font rage. Jusqu'à maintenant ma division avait été affectée, comme toutes les autres, à des secteurs calmes pour s'entraîner avec les français. A vrai dire, leur état-major n'avait pas l'air de croire que nous étions suffisamment préparés pour nous battre. Mais la donne a changé avec cette terrible percée allemande. Maintenant on a franchement besoin de nous, et nous voici vraiment entrés en guerre si je puis dire. France ! L'Amérique est là, à tes côtés, bien décidée à te faire triompher.
Retour haut de page