Abbeville (Baie de Somme) >

Les sources bleues

Version mobile
English

Les sources bleues

Nous sommes sur le ponton en bois, dans le parc de la Bouvaque.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les sources bleues
Nous sommes sur le ponton en bois, dans le parc de la Bouvaque
Il tiendrait son nom des mots bos : boeufs, et vacca, : vache !
Oui, autrefois, les habitants faisaient paître ici leurs bovins dans les marais. Ce vaste parc à l'état naturel et ses deux grands étangs est entouré par un écrin boisé. Il cache les sources bleues. Regardez comme la végétation verte acidulée se marie avec le fond... bleu !
Cette couleur si singulière s'explique d'une façon géologique. Elle provient de la différence de température entre l'eau de surface et l'eau des profondeurs reposant sur un sol calcaire.
Voyez comme ce bleu est glacé, magique. Regardez, il me semble avoir vu passer un reflet blond. Jean-Marie François, conteur en picard, nous invite à plonger dans sa légende !
Introduction en parlé picard
Voix masculine conteur en traduction quasi simultanée: Au temps où les poules avaient des dents et les crapauds des plumes, trois sublimes princesses gauloises aimaient à se baigner dans ces sources.
Les 3 princesses en parlé picard
Voix masculine conteur:: On les nommait Bret, Lerette et Aronde. Elles étaient d'une telle beauté que même le soleil clignait des yeux lorsque ses rayons caressaient leurs blonds cheveux et leurs blanches épaules.
Le vilain crapaud en parlé picard jusqu'à " s'embourba dans les marais ".
Voix masculine conteur: Elles aimaient se baigner nues et s'éclabousser à l'aube. Un matin, Bret chassa un vilain crapaud qui les regardait de trop près. En poursuivant le voyeur, elle s'embourba dans les marais. Lerette voulut la secourir, lui donner la main, mais elle s'enfonça à son tour. Aronde s'accrocha à la racine d'un saule pour aider ses amies, mais la racine craqua et les 3 princesses disparurent dans un tourbillon qui mêlait le blond de leur chevelure, au bleu de leur regard effaré.
Depuis, au printemps, leur blondeur rend ici plus jaunes les jonquilles et plus bleus les myosotis ! Mais attention, ne vous penchez pas trop car le reflet des captives des sources fait encore tourner bien des têtes !
La conclusion en parlé picard
N'hésitez pas à découvrir le Parc de la Bouvaque. Au fil de votre promenade, amusez-vous à reconnaître les roselières, les joncs, les roseaux, les iris des marais et même, si vous avez de la chance, des orchidées sauvages !
Partons maintenant vers l'église Saint Gilles et le décor flamboyant de son portail ! Merci de continuer votre visite. ? bientôt.
Retour haut de page