Abbeville (Baie de Somme) >

Les maisons du 16ème siècle

Version mobile
English

Les maisons du 16ème siècle

En 1469, Abbeville compte 13 000 habitants.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à l'angle de la rue des Teinturiers sous l'enseigne " maison ancienne du 16e siècle "...
En 1469, Abbeville compte 13 000 habitants. 50 ans plus tard, la population atteint... 18000, c'est-à-dire 4000 foyers, donc... 4000 maisons !
Au 15e siècle, Abbeville est aussi importante que des villes comme Genève et Amsterdam ! De l'Angleterre vers l'Italie, des pays du nord vers le sud de la France, la cité est un point incontournable de communication.
Tonneliers, Tanneurs, Teinturiers s'installent, et les noms des rues évoquent ce bouillonnement urbain. Imaginez ce quartier au Moyen Age. Chaque rez-de-chaussée abrite un commerce ou un atelier ! Observons les deux maisons bleues qui précèdent le restaurant... Vous les voyez ?... Lynda Frenois, Directrice du Musée Boucher De Perthes d'Abbeville, revient sur l'expression " avoir pignon sur rue "
En réalité, cette expression remonte au 15e siècle à l'époque du gothique flamboyant lorsque les maisons possédaient des pignons minces et élancés, alignés côte à côte. Avoir pignon sur rue, signifiait tout simplement être propriétaire d'une maison ou d'une échoppe. Et puis au 16e siècle, l'architecture évolue peu à peu. Les pignons s'élargissent et sont en vis-à-vis. C'est alors que les maisons possèdent jusqu'à 4 étages et sont munies de volets. Alors, traditionnellement, les maisons populaires étaient en torchis et en bois de chêne, matériau utilisé pour leur solidité et leur longévité. Et les habitations bourgeoises étaient quant à elles construites en briques et en pierres.
Regardons le restaurant de l'Etoile du jour...
Cette maison plus vaste est construite après les 2 premières, et montre un encorbellement saillant.
Lynda Frenois nous éclaire :
Les encorbellements sont des parties horizontales composées d'ornements en bois qui structurent la façade d'une maison au Moyen Age. Il pouvait y avoir jusqu'à 4 encorbellements. C'est-à-dire un par étage. Et l'encorbellement saillant caractérise une avancée du bâtiment sur la chaussée dès le 1er étage. Donc, il allège visuellement la maison et agrandit l'espace domestique.
Retournons-nous vers la maison avec enseigne et regardons sa façade... Une petite leçon d'architecture, ça vous dit ?...
La frise qui décore la façade se nomme la sablière. Son rôle n'est pas décoratif car la sablière est une poutre maîtresse qui soutient la maison.
Levons les yeux vers le toit...
Vous avez vu ?... Les pans du toit débordent sur les murs ! On les appelle des rampants. Et les angles en bois qui soutiennent les rampants, ce sont les consoles.
Amusez-vous à présent à chercher des corbeaux sur la façade...
Mais je ne vois pas d'oiseau, moi ?
Normal, car les corbeaux, ce sont les sculptures qui représentent des monstres ou des feuillages sculptés sur les consoles !
Toutes ces maisons surélevées pour lutter contre les inondations possédaient un autre aspect au 16e siècle. Rajoutez des ornementations sur les toits, des sculptures sur les murs, peignez le tout en rouge, ocre et bleu, et vous retrouverez l'effervescence d'Abbeville au Moyen Age !
Retour haut de page