Abbeville (Baie de Somme) >

Le cimetière

Version mobile
English

Le cimetière

Nous sommes devant la tombe de Jacques Boucher de Crèvecoeur de Perthes...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le cimetière
Nous sommes devant la tombe de Jacques Boucher de Crèvecoeur de Perthes...
... Le père de la Préhistoire, mort à Abbeville en 1868 ! Mais chut, il désire prendre la parole
Chers amis, à une époque où les découvertes d'ossements fossiles se multipliaient, j'ai trouvé en 1844 dans la vallée de la Somme des outils en silex à côté d'os de grands mammifères disparus entre 1,87 millions et 10 000 ans avant notre ère. J'ai alors rédigé plusieurs ouvrages dans lesquels j'ai affirmé que l'homme était le contemporain de grands animaux disparus, notamment le mammouth. Avant cela, on pensait que l'apparition de l'Homme remontait à 4000 ans av. J.C !
Prisca Hazebrouck nous en dit plus sur ce type même de l'homme du 19ème siècle qui s'intéresse à tout et ne recule devant aucun sacrifice !
Il payait les terrassiers qui lui apportaient leurs découvertes, et il fut victime de très nombreux faux. Un jour, un ouvrier lui a apporté un crâne soi disant découvert au Moulin Quignon. Il s'agit de la fameuse mâchoire du Moulin Quignon. C'était la preuve irréfutable qu'il cherchait ! La découverte est d'abord acceptée comme authentique, mais bientôt les scientifiques la mettent en doute, et concluent à un faux. Cette affaire n'en a pas moins contribué à faire la gloire de Boucher De Perthes.
Regardons sa tombe...
Prisca Hazebrouck décrit le gisant
D'après les témoignages de l'époque, le gisant de Boucher de Perthes est très ressemblant. Il est représenté dans son dernier sommeil, la tête soutenue par deux coussins superposés et les yeux clos. Sa main droite laisse échapper sa plume sur des feuillets où sont inscrits le titre de ses 2 principaux ouvrages : ses mémoires et les Antiquités celtiques et antédiluviennes, c'est le livre dans lequel il affirme l'ancienneté de l'Homme.
Au milieu du socle : le blason de Boucher de Perthes
Le blason Boucher De Perthes est constitué de deux parties : à droite, les armes de la famille maternelle, c'est-à-dire la famille des Perthes ou d'Arc qui montrent son lien avec Jeanne d'Arc, ce dont il se réclamait. Cette famille est symbolisée par les fleurs de lys et épée d'argent. ? gauche, nous voyons les armes de la famille paternelle, c'est-à-dire le côté Boucher de Crèvecoeur. Il y a un croissant d'argent en coeur, ce qui indique qu'un de ses ancêtres a participé aux croisades.
Aujourd'hui, le musée municipal d'Abbeville porte son nom et possède des oeuvres provenant de ses collections. Ne résistez pas à la visite !
Si vous avancez sur les hauteurs du cimetière, vous découvrirez plus de 3000 tombes blanches de soldats morts pendant les guerres mondiales. Des Anglais, des Canadiens, des Australiens, des Néo-zélandais, des Indiens et des Polonais.
Une autre figure d'Abbeville sommeille ici : Charles Hubert Millevoye, le poète romantique. Il nous murmure quelques vers de La chute des feuilles, l'une de ses oeuvres les plus connues
Millevoye : Il dit, s'éloigne... et, sans retour...
?La dernière feuille qui tombe?
A signalé son dernier jour
Sous le chêne on creusa sa tombe
Mais son aimante ne vint pas...?
Partons maintenant vers la collégiale Saint Vulfran, une véritable dentelle de pierre ! Merci de continuer votre visite. ? bientôt
Retour haut de page