Abbeville (Baie de Somme) >

Le beffroi

Version mobile
English

Le beffroi

Nous sommes devant l'entrée de la trésorerie et regardons la tour du beffroi...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant l'entrée de la trésorerie et regardons la tour du beffroi...
C'est en 1130 que le comte de Ponthieu accorde le droit communal à l'échevinage qui est constitué du mayeur et des échevins, c'est-à-dire aux bourgeois abbevillois. Le conseil municipal se réunit alors dans le premier beffroi, une simple tour en bois.
Mais en 1209, la tour en grès massive que vous voyez s'élève avec ses 33 mètres de hauteur, ses 10 mètres de largeur et ses 119 marches ! Elle accueille les échevins qui administrent la vie des citoyens. Ils enregistrent les actes de naissance ou de décès, signent les actes de vente ou encore accordent déjà des permis de construire !
? la Renaissance, le beffroi prend de l'importance comme le raconte Lynda Frenois
Au 18e siècle, est construit le grand échevinage équivalent à nos hôtels de ville actuels. Il reliait le beffroi jusqu'à l'actuel l'Office de Tourisme qui disposait d'une chambre du conseil, d'une chapelle et de salon de réception. Ce bâtiment qui n'est plus visible aujourd'hui, a été détruit entièrement en mai 1940 !
Sous le regard de la gargouille, vous voyez le cadran solaire à mi-hauteur du beffroi. Que fait-il là ?
Eh bien, le beffroi avait aussi pour fonction de rythmer la vie des citoyens abbevillois tout comme ses 4 cloches. Donc, la cloche porte qui avertissait de l'ouverture et de la fermeture des portes de la ville. La cloche du guet qui indiquait le changement du tour de garde. La " hideuse " prévenait les habitants en cas de danger immédiat : les incendies, les dangers ou encore les exécutions. Et enfin, la cloche pour l'appel aux échevins lors de la convocation du corps municipal.
Tournons à droite vers la trésorerie
La trésorerie est ajoutée au beffroi en 1467. On la nomme aussi argenterie. Attention ! Son trésor n'est pas monétaire mais... communal car ce bâtiment abritait autrefois toutes les archives de la ville.
Observez la porte d'entrée. Lynda Frenois décrit ses ornementations
D'apparence sobre, cette façade dévoile en fait les principales caractéristiques de l'art gothique flamboyant. ? savoir, l'ornementation végétale et animale. Par la figuration, de part et d'autre de la porte, de deux animaux chimériques, puis d'entrelacs de végétation.
Et les 2 angelots, vous les voyez ?
Autre caractéristique du gothique flamboyant : le réalisme des deux angelots soutenant un blason au sommet de la voûte d'entrée. Les proportions de leur corps sont totalement maîtrisées dans un souci de respect, de l'équilibre visuel de l'ensemble.
Attardons-nous sur la plaque en bronze tout près de la porte
Ce bas-relief représente un épisode de la vie d'Enguerrand Ringois, arrêté pour insurrection contre l'Angleterre. Grand défenseur d'Abbeville en 1360, il sera précipité dans la mer du haut des falaises de Douvres par le roi d'Angleterre !
Aujourd'hui, le beffroi abrite le musée municipal Boucher de Perthes. Détruit en partie lors des bombardements de mai 1940, il est inscrit au Patrimoine mondial de l'Humanité de l'UNESCO.
Retour haut de page