Abbeville (Baie de Somme) >

L'église Saint-Gilles

Version mobile
English

L'église Saint-Gilles

Nous sommes sur le trottoir à la droite de l'église et regardons l'angle de la façade du bâtiment ...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'église Saint-Gilles
Nous sommes sur le trottoir à la droite de l'église et regardons l'angle de la façade du bâtiment ...
Cette église construite entre 1485 et 1528 présente encore quelques traces gothiques. Lynda Frenois nous les indique
La partie d'origine, réalisée à l'époque du gothique flamboyant, est cette tour massive et imposante. La sobriété de son décor contraste avec le tympan, cette partie triangulaire qui est placée au-dessus du portail. Alors, le tympan est délicatement ajouré et composé de vitraux. Le style gothique, ici, se révèle tant par la pureté des lignes de la tour que par la précision de l'ornementation du portail.
Regardons le tympan le plus à gauche, tout près de la tour
Vous voyez comme il est sobre dans son ornementation ? Son architecture respire l'équilibre. Ses décorations, une parfaite symétrie. Ce tympan est de style gothique flamboyant.
Prêtons attention aux 2 portails situés près de nous
Le tympan du portail central est strié de larges nervures alors que celui de droite prend le parti pris de la verticalité. Pourquoi une telle différence ?
Lynda Frenois :
Le style néo-gothique, né en Angleterre, est en fait une combinaison entre l'art médiéval et l'art du 19e siècle, époque où émerge le courant romantique. Le style néo-gothique en France se retrouve notamment au château de Pierrefonds réalisé par Viollet-Le-Duc et à l'étranger par les cathédrales de Liverpool et de Belfast ou encore la Tribune Tower à Chicago.
Observons l'angle de la façade
Nous apercevons un cône fleuri qui orne la demi-colonne. Il s'agit d'un pinacle décoré de crochets et couronné d'une fleur, nommé " fleuron " en terme architectural. Donc, ce pinacle ouvragé contraste avec les pinacles très grossiers que l'on voit sur le côté droit de l'église, et cela crée un déséquilibre contraire à la définition même du style gothique médiéval.
Admirez les statues de la façade. Au centre, saint Gilles. ? droite et tout en haut, la Vierge Marie et saint Michel qui combattent le mal. La première en écrasant un serpent, le second en terrassant un dragon !
Si vous contournez l'église sur votre droite jusqu'au parking, vous découvrirez un pan de mur entouré de verdure
C'est un vestige des remparts d'Abbeville qui date du 16e siècle. Prisca Hazebrouck fait revivre le mur d'enceinte de la cité dont le boulevard Vauban actuel faisait partie. Au passage, elle dément une idée reçue.
Il ne s'agit pas comme on le dit souvent de fortifications Vauban. Vauban était Commissaire général des fortifications sous Louis 14, et il n'a fait qu'une inspection des remparts. Nous voyons encore le bastion de Longueville, dit Carré de 6, mais cette appellation reste très mystérieuse. Ce bastion a été commencé sous Henri 2, donc bien avant que Vauban ne vienne faire son inspection ! Tout près, il y avait un camp d'entraînement pour les militaires appelé Le Champ de Mars.
L'espace vert qui entoure le vestige est aujourd'hui beaucoup plus pacifique. Allez-y, et cédez au plaisir de la balade !
Retour haut de page