Lire du Voltaire fait mourir prématurément! ... en 1766, le Chevalier de La Barre en a perdu la tête. Décapité.


Ecouter un tailleur de pierre me raconter comment il a travaillé sur l'église du Saint Sépulcre m'a passionnée. Désormais, je ne regarderai plus jamais les murs en pierre de la même façon !   

Pénélope Puymirat

Abbeville (Baie de Somme)

Version mobile
English
  • Introduction

    1. Introduction

  • Le pont de la gare

    2. Le pont de la...

  • L'art gothique

    3. L'art gothiqu...

  • La collégiale Saint-Vulfran

    4. La collégial...

  • La place Max Lejeune

    5. La place Max ...

  • L'église Saint-Gilles

    6. L'église Sai...

  • A propos des beffrois

    7. A propos des ...

  • Le beffroi

    8. Le beffroi

  • Les maisons du 16ème siècle

    9. Les maisons d...

  • La place Clémenceau

    10. La place Cl...

  • L'église du Saint Sépulcre

    11. L'église du...

  • Les sources bleues

    12. Les sources ...

  • Le cimetière

    13. Le cimetièr...

x

Les Belles Epoques

Abbeville décline son passé au présent: du Moyen Age à la Seconde Guerre mondiale, de la collégiale Saint Vulfran à la place Max Lejeune, du Chevalier de La Barre au père de la Préhistoire... Le charme de cette ville nous emmène au tout début de la Belle Epoque. Une période où prendre le train ou la voiture pour aller en bord de mer était une révolution !

Notre première rencontre avec Abbeville débute par un coup de foudre. Dès l'arrivée, la gare, avec son ossature de bois bleu et ses briques rouges, invite à l'évasion.   .
En

Incitations

Peu de villes peuvent se vanter d'avoir une Poste aussi élégante... Admirez l'hôtel de Buigny qui abrite le bâtiment de La Poste, place Clémenceau   .
1847, la gare accueille son premier train et ses premiers passagers... deux seulement !
Rapidement, les touristes affluent, pressés de découvrir le charme balnéaire d'Abbeville. On imagine l'un de ces voyageurs de la Belle Epoque. Une femme par exemple, vêtue d'une robe à manches gigot, d'un corset et d'un chapeau décoré de faux fruits.
On quitte la gare - presque à regret- pour une balade en ville.
La promenade débute par une visite de la rue des teinturiers vers les des maisons à pans de bois du 16ème siècle   . Dans ce quartier vivaient tonneliers, tanneurs ou teinturiers.
Puis changement de lieu, changement d'époque, direction Place Clémenceau où les hôtels particuliers se succèdent. L'endroit est agréable. Les façades, admirables. A l'Hôtel d'Emonville, nous sommes reçus par des magnolias et Ginkgo Biloba deux fois centenaires. En visitant les jardins, l'imagination nous ramène à nouveau à la Belle Epoque... Ou que vous soyez, et quelque époque que vous choisissiez, vous n'échapperez pas au charme d'Abbeville !

[ Accès à la carte Accès à la carte ]

Impressions

Le beffroi de l'Hôtel de Ville est atypique : certains trouvent qu'il ressemble à un phare, d'autres à un minaret !   
Version mobile
English
Retour haut de page

Photo de gauche : Maisons du XVIemesiècle, rue des Teinturiers, Abbeville
Par Voxinzebox