L'Abbaye de Fontfroide, 9 siècles d'histoire et d'art >

Les jardins en terrasse

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch

Les jardins en terrasse

Les moines et la nature

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Quand on a une abbaye pour maison, on ne peut pas se contenter d'un jardinet n'est ce pas ? Gustave Fayet avait si bien restauré ces jardins en terrasse que nous, les Fontfroidiens, nous y passions pour ainsi dire tout notre temps. C'est d'ailleurs ici que j'ai fait le plus grand nombre de photographies. Chaque statue, chaque recoin, chaque perspective me parlait. Et vous pouvez facilement imaginer comment un peintre comme Gustave a pu être inspiré par ces lieux.
Au XIIe siècle, il n'y a ici que de la garrigue et de la forêt. C'est Constance de Frégose, la mère d'un des abbés commendataires de Fontfroide, qui fait aménager ces jardins à l'italienne au XVIe siècle. Venue de Gènes, cette famille tiendra l'abbatiat de Fontfroide pendant plus d'un demi siècle. La famille des Frégose, et notamment Constance, a eut le bon goût de ne pas se contenter de profiter du lieu, mais d'ajouter sa pierre à l'édifice si je puis dire en aménageant la colline attenante à l'abbaye.
De leurs côtés, les moines ont toujours cultivé des jardins, mais ils devaient être à l'intérieur de la clôture car ils n'avaient pas le droit de sortir rappelons-le. Ils avaient un potager et un verger mais aussi un " herbularius ", un carré réservé aux herbes médicinales, qu'on appelait alors " les simples ". Sauge, mélisse, armoise, millepertuis ou réglisse entre autres permettaient aux moines apothicaires ou infirmiers de préparer les seuls médicaments dont disposaient les hommes à l'époque.
Les moines possédaient aussi des ruches qu'ils mettaient en fermage en dehors de l'abbaye. Ils récupéraient une partie de la production de miel, ainsi que la cire. Elle leur était indispensable pour fabriquer les nombreuses bougies dont ils avaient besoin pour la liturgie. Quand au miel, c'était probablement leur seule petite douceur. D'ailleurs savez-vous que le miel de Narbonne est célèbre depuis l'antiquité ? C'est un miel de garrigue où on retrouve le romarin, la lavande, le thym et le ciste. Les romains le considéraient comme le meilleur miel au monde ! Vous pouvez facilement vous faire votre propre opinion puisqu'on en produit toujours à Fontfroide.
Retour haut de page