L'Abbaye de Fontfroide, 9 siècles d'histoire et d'art >

La salle capitulaire

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch

La salle capitulaire

Où le père abbé fait respecter la règle de Saint Benoit

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Cette magnifique salle donnant sur le cloître est un des lieux centraux de la vie des cisterciens. C'est la salle capitulaire, ou salle du chapitre. Ses fenêtres orientées vers l'Est captent les premiers rayons du soleil. Il m'est arrivé de m'y rendre aux aurores. Encore engourdi par le sommeil je croyais entendre les moines approcher en chantant pour leur réunion quotidienne.
C'est le seul endroit où on parle et où on prend des décisions. Les moines s'y rendent chaque matin au sortir de l'église et commencent par chanter prime, la prière de la première heure du jour. Puis on lit le martyrologe, la liste des saints à commémorer. Ensuite, le père abbé dit un des 73 chapitres de la règle de Saint Benoit, le texte qui régit la vie de la communauté. C'est de là que la salle tient son nom " salle du chapitre ". Après ça, les tâches de la journée sont réparties et on évoque les questions du jour.
Enfin on s'occupe de discipline. Les moines qui ont fauté énoncent leur " coulpe ". Tout manquement à la règle est sanctionné. Pour un éclat de colère, on sera privé de réfectoire ou fouetté. Mais pour une faute plus grande, on ira à l'enfermoir, un cachot ménagé dans l'épaisseur du mur de l'église. Cherchez sa porte en bois avec ses trois minuscules ouvertures en hauteur, à droite de la porte de l'église.
Le dimanche c'est également dans cette salle que le père abbé dit son sermon, en occitan pour que les frères convers le comprennent. Ces derniers n'ont pas le droit de pénétrer dans la salle capitulaire, d'où l'expression " ne pas avoir voix au chapitre " mais ils écoutent depuis le cloître où ils sont exceptionnellement admis.
C'est aussi ici que les moines élisent le père abbé. Pour Saint Benoit, un père abbé exemplaire se fera aimer plus que craindre et préfèrera la miséricorde à la justice. Il s'entoure d'adjoints qui l'aident à gérer la vie quotidienne. Parmi eux, le cellérier, qui supervise les ressources de l'abbaye, et le prieur, qui le remplace lorsqu'il s'absente.
Certains pères abbés de Fontfroide ont marqué l'histoire. Ainsi Arnaud Nouvel, trente huitième abbé de Fontfroide est nommé cardinal en 1311 et participe au procès des templiers.
C'est alors son neveu Jacques Fournier qui est élu pour le remplacer. Cet érudit est rapidement nommé évêque puis cardinal à son tour. Plus tard, il succèdera au Pape Jean XXII sous le nom de Benoît XII. On lui doit la construction du Palais des Papes en Avignon ainsi que la réforme de l'ordre de Citeaux en 1335, lorsqu'il constate un certain relâchement dans la conduite des moines. Son tombeau est dans la cathédrale d'Avignon, tandis qu'Arnaud Nouvel a été enterré ici, devant le maître autel.
En 1476, lors de la mise en commende de l'abbaye de Fontfroide, la charge d'abbé commendataire n'a plus rien à voir avec le rôle traditionnel du père abbé. Ce privilège, octroyé par le pape puis par le roi, donne à son bénéficiaire la jouissance de la quasi-totalité des revenus de l'abbaye. C'est un prieur nommé par le père abbé de Clairvaux qui s'occupe désormais de diriger la communauté des moines à la place du père abbé.
Retour haut de page