L'Abbaye de Fontfroide, 9 siècles d'histoire et d'art >

La roseraie

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch

La roseraie

Le cimetière où refleurit la vie

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ah, la roseraie de Fontfroide, quelle merveille ! Déjà dans les années 1910, il n'y avait pas plus agréable au coucher du soleil que de s'asseoir sur les quatre petits bancs que vous voyez en bas. Gustave Fayet, Richard Burgsthal et moi nous venions souvent y discuter de tout et de rien. J'ai aussi pris des photos charmantes des filles de Gustave Fayet qui ne manquaient jamais une occasion de se déguiser. On s'amusait beaucoup ici....en oubliant totalement que cet endroit avait servi de cimetière pour les moines de Fontfroide pendant sept siècles.
Oui, plus de 2000 moines ont probablement été ensevelis ici depuis le XIIe siècle. Voilà comment se déroule à cette époque l'enterrement d'un moine. Chez les moines cisterciens, un mourant n'est jamais laissé seul. La communauté se relaie pour le veiller continuellement. Après le décès son corps est lavé et le défunt revêtu de sa coule si c'est un moine ou de sa tunique si c'est un convers. Il est ensuite emmené dans la chapelle Saint Bernard où il est posé à terre sur un brancard ou sur un sac et de la cendre. L'inhumation se fait dans la journée. Après la messe des morts, le défunt est transporté dans le cimetière par la " porte des morts ". Puis le corps est descendu dans une fosse, simplement dans sa coule. Le cimetière est le seul lieu où les moines et les convers sont traités de façon totalement similaire. Ils sont d'ailleurs enterrés indifféremment les uns à côté des autres. Seul le père abbé a droit à un régime d'exception : selon la règle cistercienne il doit être inhumé au Chapitre. Pour ce qui est de l'inhumation dans l'abbatiale, elle est réservée aux rois et aux reines ainsi qu'à certains grands personnages.
Lorsque les cisterciens de l'Immaculée Conception arrivent à Fontfroide au début du XXe, ils choisissent d'ensevelir leurs morts dans un autre cimetière, situé derrière la salle capitulaire. C'est là que Gustave Fayet a enterré son fils aîné en 1909. Il se prénommait Gabriel comme son grand-père. Il est mort d'une péritonite à l'âge de 16 ans. C'est une triste histoire qui a endeuillé la famille alors qu'elle venait de s'installer dans l'abbaye. Sa mère, Madeleine Fayet, a quitté ce monde en 1971. Elle est enterrée, ici à Fontfroide, à ses côtés. Son dernier fils Léon est aussi enterré ici en 1961.
Retour haut de page