L'Abbaye de Fontfroide, 9 siècles d'histoire et d'art >

La cour de travail/cour Louis XIV

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch

La cour de travail/cour Louis XIV

L'eau, aux origines de l'abbaye

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Voici l'ancienne cour de travail, qu'on appelle aussi cour Louis XIV. Quand je passais l'été ici, il y avait un grand bassin d'eau fraîche à la place du parterre que vous voyez au centre de la cour. Je me souviens que les filles de Gustave Fayet aimaient beaucoup s'y baigner les jours de grande chaleur.
On dit souvent que les moines cisterciens se " retirent au désert ". C'est une métaphore, car même s'ils s'éloignent du monde, ils s'installent toujours là où il y a de l'eau. Le massif de Fontfroide tient justement son nom de la source d'eau froide - en latin " fons frigidus ". C'est autour de cette source que les premières pierres de l'abbaye sont posées vers 1093. Repérez l'ouvrage en fer forgé dans la cour. C'est un habillage récent du puits originel qui captait l'eau de la source. Il a été creusé à la fondation de l'abbaye : 10 mètres de profondeur, dont 5 entièrement bâtis. Il communique avec un réseau hydraulique souterrain très complexe qui traverse l'abbaye.
Cette eau, vitale, est utilisée par les moines pour leurs actes quotidiens : pour boire, pour la toilette, la cuisine, le nettoyage... mais aussi pour la liturgie, c'est-à-dire les rites, cérémonies religieuses et prières qui doivent être accomplis chaque jour. A cet effet, un lavabo alimenté par 2 autres sources est à la disposition des moines dans le cloître.
Il y a aussi un torrent qui passe à proximité de l'abbaye. Au Moyen-âge, il active la roue d'un moulin qui se trouve sur la gauche de la cour quand on tourne le dos au réfectoire des convers. Un moulin effectivement, car à l'époque c'est dans cette cour que sont installés les ateliers qui permettent aux moines cisterciens de vivre en autarcie. Ils évitent ainsi tout contact avec le monde extérieur, conformément à la règle qu'ils doivent suivre. Ici se trouve sans doute un atelier de tisserand, une forge, une tannerie grâce auxquels les moines fabriquent leurs vêtements, leurs chaussures et leurs outils.
Tout autour de nous il y a le massif des Corbières, largement boisé comme vous pouvez le constater. Six kilomètres plus loin une immense carrière de grès. Autant de sources de matières premières : bois, pierres...utiles aux moines. Avec les sources d'eau qui arrivent ici, ils font de cet emplacement un endroit idéal pour installer une abbaye cistercienne.
Mais revenons à cette cour. Au Moyen-Âge, elle est bien plus petite qu'aujourd'hui. En plus des ateliers dont nous venons de parler, elle dessert le noviciat, la maison des novices, les " apprentis " moines. À l'époque, il se trouve dans le bâtiment que vous voyez au fond, à l'opposé de celui du réfectoire des convers. C'est ici que les novices doivent passer un an avant de prononcer leurs voeux définitifs. Des bâtiments conventuels, ces espaces communs dédiés aux moines, comme l'infirmerie, viennent compléter l'ensemble. Ils ont disparu aujourd'hui.
Retour haut de page