L'Abbaye de Fontfroide, 9 siècles d'histoire et d'art >

La cour d'honneur

Version mobile
Espagnol English Néerlandais Deutsch

La cour d'honneur

L'abbaye de Fontfroide à travers neuf siècles d'histoire

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Bienvenue à l'abbaye de Fontfroide ! Je suis Ricardo Viñes. Je serai votre guide dans cette magnifique abbaye cistercienne.
Mon nom ne vous dit peut-être rien, mais on dit de moi que j'étais un des plus grands pianistes du début du XXeme siècle. Claude Debussy disait même que je jouais mieux sa musique que lui ! J'ai été l'ami d'un homme merveilleux : Gustave Fayet. Il venait d'une grande famille de viticulteurs de la région de Béziers, mais c'était surtout un artiste et un grand collectionneur. C'est avec lui que j'ai visité Fontfroide pour la première fois à la fin de l'été 1906. Ce jour-là nous avons découvert ces lieux dans un état de désolation qui m'a serré le coeur. Je connaissais très bien l'abbaye de Poblet, chez moi en Catalogne. Elle a été fondée par des moines de Fontfroide, ce qui en fait sa " fille " dans la généalogie cistercienne. Je suis immédiatement tombé amoureux de ce fabuleux témoignage de l'histoire chrétienne. Alors quand Gustave Fayet a racheté Fontfroide en 1908, j'étais le plus heureux des hommes.
J'ai passé ici des étés inoubliables en compagnie des Fayet et des plus grands artistes de l'époque. Nous nous étions baptisés " les Fontfroidiens ". J'ai pris la plupart des photographies que vous découvrirez au fil de cette visite. Elles vous aideront à ressentir l'atmosphère unique qui régnait ici au début du vingtième siècle.
Laissez-moi rapidement vous situer Fontfroide dans l'Histoire. Cette abbaye est fondée en 1093. Elle est affiliée 52 ans plus tard, soit en 1145, à un ordre monastique émergeant qui ne va pas tarder à marquer la chrétienté : l'ordre de Cîteaux. Fontfroide devient alors une abbaye " cistercienne ".
Elle connait son âge d'or entre le XIIIe et le XIVe siècle. Mais en 1348, la peste venue de Marseille décime les deux tiers de ses moines. A la fin du XVeme siècle elle tombe " en commende ". C'est un système qui attribue la majorité des ressources de l'abbaye à un abbé commendataire, souvent laïc, nommé par le roi.
A la Révolution française, les quelques moines qui y vivent encore doivent abandonner Fontfroide. L'abbaye est alors affectée aux hospices de Narbonne. Elle est vendue quelques années plus tard à monsieur de Saint Aubin qui effectue les premières restaurations. Après la visite de Prosper Mérimée et Viollet-le-Duc en 1843, le cloitre, l'église et la salle capitulaire de l'abbaye sont classés monuments historiques.
Entre 1858 et 1901 une petite communauté de moines se rétablit ici. Puis en 1908, les lieux connaissent une nouvelle vie, lorsque Gustave Fayet s'y installe avec sa famille et y accueille de nombreux artistes.
Ce monument historique est toujours habité et entretenu par les descendants de Gustave Fayet et de Madeleine d'Andoque, son épouse. C'est sans doute ce qui le rend unique.
Maintenant que les présentations sont faites, commençons notre visite. Nous sommes ici dans la cour d'honneur. Ni très médiévale ni très cistercienne n'est-ce pas ? Voilà un bel exemple des 9 siècles de transformations qu'a connus l'abbaye. Constatez cependant avec quelle harmonie les différents styles architecturaux se côtoient ! Tournez le dos au porche par lequel vous êtes entrés : le bâtiment sur votre gauche, est médiéval, mais les fenêtres à meneaux de l'étage datent de la Renaissance. Soutenus par le mur à votre droite, des jardins en terrasse ont été aménagés à la fin du seizième siècle. Enfin le porche du fond, et celui que vous venez de franchir, ont été construits deux siècles plus tard, juste avant la Révolution !
Retour haut de page