L'église de Tréhorenteuc >

Mosaïque du cerf blanc au collier d'or

Version mobile

Mosaïque du cerf blanc au collier d'or

Cette mosaïque au fond de l'église, j'en reste bouche bée.
D'habitude, il m'en faut beaucoup pour être épaté, mais là, je suis d'accord,... c'est époustouflant!
Ah...tu vois, je te l'avais dit... Le grand cerf blanc, c'est Merlin !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Sois sérieuse Margaux. On est dans une église. Que viendrait faire Merlin, un personnage magique dans une église? Alors, voyons-voir... un cerf blanc entouré de lions...dans ce qui doit être une forêt... une rivière avec une pierre qui ressemble au perron de la fontaine de Barenton... C'est vrai, les indices semblent nous emmener vers le cycle arthurien... Mais il doit y avoir une autre explication puisque c'est l'abbé Gillard qui l'a voulue ainsi. Joseph ? Comment interprétez-vous cette mosaïque ?
" Ici on a un cerf qui porte la chaîne et la croix et qui a la nimbe autour de la tête avec une étoile au-dessus, il est clair que ce cerf blanc c'est l'apparition du Christ au milieu non pas des lions mais de ceux qui, dans la tradition, l'entourent : les évangélistes. "
Encore une fois, Henri Gillard a utilisé le monde des légendes pour parler de la foi chrétienne... en terme de pédagogie, il était en avance, non ?
Au-dessus, à droite du cerf, il y a des arbres, vous pouvez en compter cinq et qui, selon lui, sont la représentation des plaies du Christ - expression de son amour- d'où sort le fleuve de vie qui fait pousser l'ancolie, symbole de la charité.
Visiblement l'animal est aussi un symbole chrétien. Je me souviens de la légende qui dit qu'un cerf blanc portant un crucifix est apparu à Saint-Hubert.
Il y a quelque chose là dessus dans le livre d'André Moisan ?
Et bien il est dit que, d'après le roman médiéval " Joseph d'Arimathie ", un cerf blanc et quatre lions aident Joseph et ses compagnons à traverser une rivière dangereuse, quelques minutes après avoir prié Dieu.
Regarde la page suivante, il est écrit aussi que dans " La Quête du Saint Graal ", Galaad le fils de Lancelot, et Perceval ont une vision similaire dans la forêt.
Comment savoir qui a réinterprété quoi ? En tous cas, je découvre une lecture chrétienne des légendes arthuriennes qui a du sens, ici, dans cette église.
Oui, mais on ne sait toujours pas pourquoi on la surnomme " chapelle du Graal ". Reste devant la mosaïque si tu veux, moi je mène l'enquête. Il doit bien y avoir des indices !
Retour haut de page