Soiron >

La Brassine

Version mobile
English Néerlandais

La Brassine

La Brassine
C'est le nom que l'on donne aussi à une brasserie. Celle de Soiron se trouvait ici, dans ce bâtiment transformé d'abord en fromagerie et aujourd'hui en habitation. Et à partir du 14ème siècle, tout le village vient se servir ici.
" D'abord c'était la brasserie banale, qui appartenait au seigneur des lieux, où les gens étaient obligés de s'approvisionner en bière. Quand ils en faisaient commerce ".

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Henri Moxhet, guide touristique et vice président des Amis du Ban de Soiron.
" Parce qu'autrement, pour la consommation courante et journalière, tout le monde pouvait faire sa bière chez lui. On faisait sa bière exactement comme on fait le café maintenant. L'orge germé ou le malt, on faisait passer de l'eau chaude dessus comme on faisait le café, on mettait un peu de houblon pour parfumer et on avait de la bière. C'était des bières qui étaient fort peu alcoolisées. C'était vraiment un aliment à cette époque là, on se méfiait de l'eau qui était souvent un vecteur d'épidémie, tandis que la bière, puisque l'eau avait bouilli, c'était nettement plus rassurant du point de vue médical. Les champs derrière le château, c'était du houblon. On cultivait du houblon, on faisait de la bière avec de l'épeautre bien souvent aussi ".
 Dans la cour intérieure, la roue d'un moulin permettait de brasser la bière. Une roue un peu particulière :
" La seule force motrice qu'il y avait dans la brasserie, c'était une roue à chien. C'était une grande roue dans laquelle courait un chien, c'est ce qui donnait la force motrice. Les gens sont souvent offusqués parce qu'on mettait un chien pour courir, il faut bien vous dire qu'au Moyen Age on mettait des hommes dans les roues, pour monter les charges dans les châteaux forts. Et le chien, il ne se plaint pas du moment qu'on le soigne bien, qu'on le nourrit. Le chien n'a jamais rechigné au travail. Ils n'étaient pas malheureux ces chiens là "
La bière est toujours associée à la fête. Mais aux 17ème et 18ème siècles, sa consommation est très réglementée à Soiron : et d'ailleurs il y avait beaucoup de règlements en vigueur....
" Y'avait un tas de règlements communaux. Un mariage ne pouvait pas durer plus de deux jours de fête. Les femmes ne pouvaient aller au café que si elles étaient mariées. On ne pouvait pas ouvrir le café pendant les offices religieux. Les femmes ne pouvaient pas filer au café, pourquoi ? Je n'en ai pas la moindre idée ! "
Aujourd'hui, toutes ces interdictions ont disparu. Et le dicton du village est formel : " Soiron et tais toi... "
Soiron a même sa bière. Elle est produite à l'abbaye du Val-Dieu, à quelques kilomètres d'ici, Une blonde, pas trop forte, inventée pour le 1000ème anniversaire de Soiron en 2005.
Chaque année, elle coule à flot lors d'un festival de théâtre de rue.
" C'est un festival qui est repris sur trois scènes, la place du bac, la place de l'église et le grenier d'antan ".
Baptiste Delicourt, responsable de la compagnie Rubicube, qui organise le festival " Soiron sur scène ".
" Et y'a une petite dizaine de troupes qui vient jouer une vingtaine de représentations : y 'a autant de spectacles de marionnettes que des spectacles de musique, des spectacles de cirque, du théâtre proprement dit et on finit la journée vers 20h30 par une fanfare qui met l'ambiance dans le village ".
Le festival de théâtre de rue à Soiron a lieu chaque année au mois d'aout.
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page