Rouen : promenade à travers l'Histoire >

Place du Vieux Marché

Version mobile
English

Place du Vieux Marché

Nous sommes sur les ruines de la place du vieux marché, dos au musée Jeanne d'Arc.
Il s'agit du lieu historique le plus important de Rouen car c'est sur cette place que Jeanne d'Arc est brûlée vive par les Anglais le 30 mai 1431.
A quoi ressemble la place à cette époque ? L'endroit est tout d'abord beaucoup plus petit et de forme triangulaire. Remarquez les ruines autour de vous : il s'agit des vestiges de l'église Saint Sauveur. C'est dans cette chapelle qu'on est allé chercher une croix pour la présenter à Jeanne d'Arc sur son bûcher. C'est également dans cette église que Pierre Corneille est baptisé au 17e siècle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
A l'époque de Jeanne d'Arc, c'est déjà la place du marché, avec à droite la halle aux bouchers et poissonniers. Une activité considérable règne. Symbole de ce dynamisme : une quinzaine d'hôtelleries entourait la place.
Ô rage ! ô désespoir ! L'église Saint Sauveur et la halle du marché sont malheureusement détruites au 18e siècle... Quelques décennies auparavant, on avait décidé de construire ici une gigantesque mairie, sur votre gauche, là où se trouve aujourd'hui les maisons à pans de bois ! Un bâtiment tellement exceptionnel qu'il a servi d'exemple pour illustrer le mot " hôtel de ville " dans la grande encyclopédie de Diderot !
Et bien, cette mairie n'a jamais existé, sauf en dessin : les travaux ont bien commencé mais, faute d'argent, le projet n'a pas abouti ! Au 19ème siècle, la fonction commerciale de la Place est confortée par la construction des Halles de type Baltard et ce n'est qu'au 20ème siècle qu'on y retrouvera une église.
C'est finalement en 1979 qu'est construite l'église St Jeanne d'Arc - St Vincent qui se trouve sur votre droite. Ce double nom a une histoire. Sirènes, alarmes Pendant la seconde guerre mondiale, l'église St Vincent, qui se trouvait près des quais de la Seine, est complètement détruite bombardements par les bombardements aériens. Par précaution, les vitraux de St Vincent, datant de la Renaissance, avaient été démontés au début du conflit. On décide alors de les réinstaller dans la nouvelle église construite sur cette place pour honorer Jeanne d'Arc.
Vous avez remarqué le toit de l'église ? Plutôt moderne et original pour un bâtiment religieux, non ? L'architecte a voulu en fait évoquer le thème de la construction navale, qui marqua pendant longtemps la Normandie. Le toit représente en quelque sorte des coques de bateaux renversés. L'extérieur de l'édifice rappelle aussi la mer, avec sa couverture d'écailles en ardoises...
A gauche de l'église, un mur forme le monument national à Jeanne d'Arc. Une seule citation rend hommage à la pucelle d'Orléans. Une phrase prononcée sur cette même place par l'écrivain André Malraux :
" Oh, Jeanne, sans sépulcre et sans portrait, toi qui savait que le tombeau des héros est le coeur des vivants ! A tout ce pourquoi la France fut aimée, tu as donné ton visage inconnu... "
Pour revivre les dernières heures de la vie de Jeanne d'Arc, dirigez-vous maintenant en direction de la grande croix installée au milieu de la place. C'est l'endroit où Jeanne a été mise sur le bûcher.
Retour haut de page