Rennes : capitale de Bretagne >

Parlement de Bretagne

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

Parlement de Bretagne

Nous sommes Place Royale face au Palais du Parlement...
C'est le roi Henri IV qui donne l'autorisation de bâtir dans la capitale de Bretagne, le sixième Parlement de France !... en 1609
Mais à quoi sert un Parlement ?...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
D'une part, sa fonction est politique et administrative : les parlementaires ont pour charge d'enregistrer les édits royaux.
D'autre part, sa fonction est judiciaire. Ici, on a le droit juger en deuxième instance, ce qui équivaut de nos jours à une cour d'appel, une cour souveraine de justice pour la province
Dites, moi, son toit est drôlement haut :
Oui. Une toiture " à la française " de 6 à 7 mètres. Au début du 17ème siècle, seuls les bâtiments d'envergure ou les résidences royales sont pourvus d'une toiture si importante...
En fonction du climat, elles sont plus ou moins hautes pour mieux faire glisser l'eau de pluie, la neige et la glace aussi...
Journaliste femme : Pendant toute cette nuit du 4 au 5 février 1994, le Parlement de Rennes aura lutté contre les flammes. L'histoire de la ville semble décidément liée aux fureurs du feu. Le point avec notre correspondant en Bretagne ... Yann, vous m'entendez ?
Yann : Oui, parfaitement !...
Journaliste femme : Quelles sont les circonstances de l'incendie ?...
Yann : Suite à des manifestations qui opposaient hier des marins pêcheurs aux forces de l'ordre, une fusée de détresse s'est malencontreusement logée dans la toiture, à gauche du cadran solaire. Le feu a couvé pendant une partie de la nuit dans la charpente faite de chêne. Tout a flambé comme de la paille, et à minuit, certaines flammes atteignaient jusqu'à vingt mètres. Les pompiers débordés par l'ampleur du sinistre ont vite épuisé l'eau des citernes de la ville, et il a leur a fallu puiser l'eau de la Vilaine pour venir à bout de l'incendie. .
La restauration du monument commencera en 1996, et en 2004, il est comme neuf pour célébrer le bicentenaire de la cour d'appel...Cour créée en 1804 par Napoléon Premier !...
Bien qu'ils ne soient pas nés au même siècle, les esprits des architectes Salomon de Brosse et Jacques Gabriel à qui l'on doit respectivement le Palais du Parlement et la Place Royale, se rejoignent et flottent sur leurs chef-d'oeuvres. Ils se posent sur les toits, glissent le long des les murs et parlent architecture...
Jacques Gabriel : Cher Salomon, que je l'aime votre Parlement. Expliquez-moi encore, car tout est symbole ici... Que représentent les quatre statues dorées qui ornent chaque côté du toit ?
Salomon de Brosse : A partir de la gauche : la Loi qui s'appuie sur une épée et tient une table; ensuite : la Force ! Elle tient une lance et un drapeau. ? droite, l'éloquence qui souffle dans une trompette!... Et enfin, la justice qui brandit les éclairs de la foudre ! Sans oublier les fleurs de lys et les hermines de Bretagne qui parent toute la longueur du toit... Mais c'est à vous cher Jacques que l'on doit les deux bas-reliefs qui entourent la porte d'entrée...
Jacques Gabriel : On les appelle aussi "trophées"... Des glaives, des flèches et des balances ...
Salomon de Brosse : Après l'incendie de 1720, mon cher Parlement échappe aux flammes, et on vous demande de reconstruire la place...
Jacques Gabriel : Je me suis inspiré de la Place Vendôme à Paris. Salomon, dites-moi... Et si demain nous nous glissions à l'intérieur du Parlement ?...
Salomon de Brosse : oui !... dans la salle des pas perdus...
Jacques Gabriel : ... Et la grand-chambre du palais!...
Salomon de Brosse : Je m'en réjouis déjà !...
Jacques Gabriel : Alors, à demain !...
Vous pouvez aussi vous adresser à l'office de Tourisme qui organise des visites du bâtiment. ...
Vous aurez sans aucun doute remarqué l'important cadran solaire au-dessus de la porte d'entrée...
Outre son utilité, il représente la devise du Parlement : "Le temps pourrait s'écouler que la justice nous rattraperait toujours !"
? la révolution, la statue équestre de Louis 14 qui se trouve au milieu de la place...et mesure 5 mètres de hauteur ... Est fondue et transformée en boulets de canon et autres munitions. Deux bas-reliefs extérieurs du palais sont épargnés. La France victorieuse sur les mers et La présentation au roi du projet de sa statue. Vous pouvez les admirer au Musée des Beaux-arts.
C'est devant le Parlement, poumon politique de la ville, que se déroulent les premières émeutes de la Révolution Française.
Dans la foule, François-René de Chateaubriand, celui qui deviendra un écrivain célèbre perd ce jour-là son ami de collège qui aura eu, "L'honneur d'être la première victime de la Révolution"
Au bras d'une promeneuse, Chateaubriand évoque la ville de Rennes qu'il a connue dans sa jeunesse, pendant ses années de collège. Les répliques de l'auteur sont extraites de ses oeuvres. Suivons-le, il nous emmène jusqu'au parc du Thabor
Chateaubriand : Rennes me semblait une Babylone et le collège du monde. La multitude des écoliers, le nombre des maîtres, la grandeur des bâtiments, du jardin et des cours me paraissaient incroyables.
La promeneuse : Mais vous étiez présent, je crois au couvent des cordeliers lorsque le clergé convoqua la noblesse en 1789 ?
Chateaubriand : Les gentilshommes n'avaient pas grande confiance dans le clergé qui les abandonnait souvent surtout quand il était présidé par l'évêque de Rennes, personnage patelin, mesuré, parlant avec un léger zézaiement qui n'était pas sans grâce et se ménageant les honneurs de la cour. (Rires)
La promeneuse : Où aimiez-vous vous promener à l'adolescence ?
Chateaubriand : On se donnait rendez-vous pour les jours de promenades dans le jardin des Bénédictins, appelé le Thabor ; là, on se battait, c'était de véritables duels ! (Ils rient)
Suivez le conseil de Chateaubriand ! Allez flâner dans l'immense jardin du Thabor.
Au coeur de la ville de Rennes, sur le plateau qui domine la Vilaine, ce parc de 10 hectares nous fait passer d'un continent à l'autre au fil de ses arbres, de sa roseraie et de son jardin botanique
Louis Michel Nourry dans son livre Le Thabor nous incite mieux que personne à la visite
Cascades, grotte et île mystérieuse s'inspirent de l'image romantique des jardins des siècles passés. Eaux capricieuses, fabriques orientales, arbres exotiques, au Thabor les promenades nous proposent l'aventure. Même les scènes sentimentales sont à la mode !
Bien. Dirigeons-nous maintenant vers le Lycée Emile Zola. Le célèbre romancier engagé nous y attend. Et avec lui, l'affaire Dreyfus
Tournez le dos au Palais du Parlement. Prenez à droite la rue Saint-Georges jusqu'au bout, puis tournez à droite. Empruntez la rue Gambetta jusqu'à la Place Pasteur. Traversez-la ainsi que les deux quais de Chateaubriand et d'Emile Zola. Engagez-vous alors dans l'avenue Janvier. Et arrêtez-vous devant la grille du Lycée Emile Zola, au numéro 6.
Retour haut de page