Nice : route baroque >

Sospel

Version mobile
English

Sospel

Nous sommes à Sospel, sur la place St Michel. Placez-vous sur l'étoile au sol, face à l'église.
L'église est au coeur d'un vaste ensemble architectural baroque : avec, au sol sa calade, ses façades en trompe-l'oeil et ses deux chapelles de pénitents à gauche de l'église.
Et qui sont les pénitents ?

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ce sont des fidèles, laïques, réunis en confréries.
Quel est leur rôle ?
Outre, bien sûr, le culte divin, ils ont une mission de charité bien spécifique : enterrer les morts, ou assister les malades... Les confréries jouent un rôle important dans la vie religieuse et sociale de l'époque, et particulièrement dans la région. A Sospel , au XVIIe, on en compte cinq.
Et comment les distingue-t-on les unes des autres ?
D'après la couleur de leur habit : blanc, noir, rouge, gris, etc.
Regardez la chapelle à gauche de l'église... La bande de couleur encadrant la porte... ici, c'était les pénitents... rouges !
Imaginez. Nous sommes au milieu du 17ème siècle.
Entre les deux belles montagnes, dans la verte vallée amène,
Apparaît Sospel qui a toujours été touché par l'Honneur,
oe Eh poète où vas-tu ?
- A Sospel, pour la messe de st Michel.
Ha, les travaux sont terminés. Tu sais qu'on a la plus grande église de la région ?
- C'est qu'elle est prospère cette ville. La deuxième du Comté ! Il faut dire qu'elle est bien placée sur la route du sel entre Nice et Turin. Et puis les grands esprits sont là bas.
oe La fameuse Académie littéraire ...
oe Allez adieu Sospel est une perle brillant au sein des ondes
Observons maintenant la façade de l'église. Un bel exemple d'architecture baroque avec ses deux niveaux coiffés d'un fronton triangulaire. Et le contraste entre le bas, à l'ocre jaune plutôt sobre et symétrique, et les parties au-dessus, ocre rose, beaucoup plus décorées ?
Il s'agit de bien marquer la différence entre le monde terrestre (en bas), et le monde divin (en haut). Et cette différence est soulignée par cette grosse ligne en relief qui barre la façade à l'horizontale : c'est l'entablement.
Les deux statues représentent St Hyppolite et St Absende, protecteurs de Sospel, tenant la palme des martyres.
Lorsque vous entrerez dans l'église, votre regard sera instinctivement attiré vers le choeur. Pourquoi ? Comment ? C'est l'effet de perspective d'abord. C'est aussi la profusion des éléments décoratifs : le choeur est saturé d'ors, de stucs, d'angelots, de guirlandes, de couleurs, avec ses tableaux de saints, ses colonnes, et son maître autel richement orné.
Instinctivement attiré au coeur de l'église ? C'est cela le baroque : c'est la foi par les sens, et non la foi par les Ecritures, comme chez les Protestants. Et cette foi s'affiche de manière grandiose, théâtrale.
L'Eglise est dédiée à St Michel Archange, le patron des bergers. On retrouve son effigie plusieurs fois dans l'église.
Ne le confondez pas avec St Georges qui, lui aussi, terrasse un dragon. St Georges, est à cheval. Vous le verrez au-dessus de l'orgue.
Un orgue qui compte parmi les six orgues historiques de la vallée Roya-Bevera .
Dans la chapelle à gauche du choeur, sur le mur de gauche, est exposé le célèbre retable de " la vierge immaculée " de François Bréa, peint autour de 1540.
Pour écouter l'avis de l'expert, appuyez sur la touche étoile.
Luc Thévenon, vous êtes Conservateur en Chef Honoraire du Patrimoine. François est-il le digne héritier de son oncle Ludovic ? :
" C'est un excellent portraitiste, on le voit ici avec les visages des personnages principaux, c'est un excellent coloriste, il maîtrise très bien la technique de la couleur c'est à dire les rapports de couleurs froides et chaudes notamment, les symboles des couleurs également, les dégradés et ainsi de suite, on le voit très bien dans le panneau central, et enfin un des caractères aussi principaux de l'intérêt de François Bréa, c'est le paysage, et là on peut dire qu'il est maître en la matière, et qu'il dépasse même son oncle Ludovic avec des paysages qui sont très influencés par l'évolution européenne sous l'impulsion de ce que l'on appelle l'école du Danube, qui est donc une influence qui vient du nord, et on le voit dans les paysages qui sont derrière l'Immaculée où on reconnaît des rochers un peu exagérés, des couleurs qui sont peut-être un peu aussi poussées, et on reconnaît aussi des caractéristiques de la peinture septentrionale, on va dire, germanique en particulier. A gauche vous avez une ville gothique qui n'a absolument aucun rapport avec l'architecture de nos régions. Donc il est allé chercher ça plus dans le Nord. A droite vous avez une grotte avec une grange qui semble sortir d'une oeuvre de Boch. Donc le paysage chez François Bréa est extrêmement important et extrêmement intéressant. "
Retour haut de page