Circuit de Morlaix sur la route des enclos paroissiaux >

Plougonven

Version mobile
English

Plougonven

On raconte que l'église primitive ne devait pas être bâtie ici, mais au lieu-dit Quilliou où deux menhirs indiquent encore l'emplacement où elle aurait dû s'ériger. Mais là-bas, chaque nuit, une main mystérieuse venait détruire le travail de la journée. S'en remettant à Dieu, les hommes placèrent la statue de Saint Yves sur un char traîné par deux boeufs, qui s'arrêta à ...Plougonven,. Et c'est là que l'on bâtit l'Eglise !
En 1464, Jehan Lagadeuc de Plougonven aurait écrit le catholicon
C'est-à-dire le plus ancien des dictionnaires armorico-franco-latin !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Faisons un petit tour d'horizon.
Regardez le calvaire de 1554
? la Révolution française, lors de la déchristianisation du pays, le calvaire est démantelé. En 1810, il sera enfin remonté... mais dans le désordre !
Ce calvaire imposant est de forme octogonale, symbole de la perfection et de l'oeuvre achevée.
Parmi les groupes sculptés sur le calvaire, un personnage est une exception : c'est le seul de race noire que l'on trouve sur un calvaire breton. Un indice : c'est un roi mage ! >
Cherchez aussi Satan placé juste à côté du Christ. Il a un sourire à faire froid dans le dos !
? votre gauche...
Les colonnes qui se dressent sur la pelouse demeurent un véritable mystère.
Dans la continuité...
L'ossuaire du 16 e siècle avec ses 12 baies, sa charpente en forme de bateau retourné et son toit en ardoise de Commana.
Ardoises que nous évoquons dans des enclos du pays de Léon !
Tournez-vous vers l'église...
Elle est placée sous le patronage de Saint Yves. La construction de ce bâtiment de style Beaumanoir est réalisée au 16 e siècle. Mais en 1930, un incendie ravage l'édifice ne laissant que les murs.
Tout autour de l'église, des chimères à têtes de lions au corps de rats, et des chiens qui se battent protègent férocement tout l'enclos. Parmi eux, un cochon aux dents de vampires ! Amusez-vous à le retrouver.
? votre gauche,
La chapelle devenue aujourd'hui une salle d'exposition.
En regardant vers le bourg, vous voyez la barrière des Monts d'Arrée.
Robert Moreau, le maire de Plougonven nous en parle :
" Ici quand vous regardez, vous regardez la montagne. Ceux qui habitent là-bas, ce sont les montagnards. On dit : " On ne va pas dans les Monts d'Arrée, on va à la montagne. Où habitez-vous ? J'habite à la montagne. " C'est tout simplement les Monts d'Arrée, ça fait quelques centaines de mètres de hauteur, mais ils sont à la montagne ! (...) Et ces Monts d'Arrée séparent le versant Atlantique et le versant Manche. Toutes les rivières qui partent qui viennent vers ici c'est-à-dire qui vont vers le Nord vont dans la Manche et quand on est sur le versant Sud, ils vont vers l'Aulne, c'est-à-dire l'Atlantique. "
Au fait, savez-vous pourquoi les Monts d'Arrée ont une terre si rouge ? La légende l'explique
Dans la solitude des Monts d'Arrée, un fort méchant Seigneur avait bâti sa demeure. Richissime mais très avare, il chassait de son domaine les pauvres et les mendiants. Un jour, un nécessiteux que le seigneur rouait de coups de bâton s'envola dans les airs. C'était l'Archange Saint-Michel qui d'un coup d'épée enflamma le château. Et c'est pourquoi la terre Monts d'Arrée est si rouge, comme brûlée par les feux de l'enfer qui anéantirent le seigneur et sa demeure.
Retour haut de page