Martigues : Venise provençale >

Maison Chapeau gendarme

Version mobile
English

Maison Chapeau gendarme

Certainement la maison la plus célèbre de la ville, la star de Martigues.
Et pourtant, on ne sait pas grand chose d'elle, simplement qu'elle a fait une sacrée carrière. Et au cinéma s'il vous plait !
Beaucoup de films l'ont utilisée comme décor.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Un film français très connu a été tourné ici .
- speaker : Réalisé par gilles Grangier , ce film raconte l'histoire d'un prisonnier de guerre, patron d'un restaurant à Martigues, que tout le monde croit mort, même sa femme. Elle est remariée avec un autre cuisinier, mais le premier époux revient... quel est le titre de ce film ?
- candidate : euh...la cuisine au beurre !
- Exact, pouvez-vous me citer les 2 grands acteurs qui ont prêté leur talent à cette réalisation ?
- alors, il y a Fernandel, oui, Fernandel...
- Et...
- Oh, bien sur....Bourvil
- Bravo, effectivement, et c'est la première fois que les 2 acteurs sont réunis à l'écran....Le provençal et le normand.
Et pouvez-vous me donner la date du tournage ?
- Aïe, moi les dates...euh, non je ne vois pas
- Public : ohh (de déception)
1963. c'est la date à laquelle se déroule le tournage. A cette époque, Prosper Guindzaz habite à quelques mètres d'ici. C'est un passionné de cinéma.
" Le tournage a duré environ trois semaines. Ils étaient sur la place là en face. Il y avait un camion qui leur faisait la cuisine. Ils mangeaient tous dehors. Et Bourvil et Fernandel m'avaient demandé l'autorisation de venir se reposer ici dans le salon parce que tout le monde leur demandait des autographes. Devant la maison en chapeau de gendarme, ils avaient fait " la sole normande ", ils avaient bâti un restaurant avec des contreplaqués marines . Les rideaux, la table et tout ça. Mais ils ont fait beaucoup de scènes dehors. Y'avait la foule ! Maintenant, avec la circulation qu'il y a ici, je ne sais pas s'ils arriveraient à tourner.
Et l'histoire d'amour entre Martigues et le cinéma continue...
En 2002, le cinéaste Marseillais Paul Carpita tourne ici son film, Marche et Rêve. Il reste aujourd'hui encore, émerveillé par la photogénie de la ville et l'accueil de ses habitants.
" Ils sont tous venus, spontanément, gratuitement. Non seulement gratuitement mais avec enthousiasme. Avec amour ! Un jour, on a tourné une scène très difficile, sous le soleil, il y avait cette grosse chaleur, ils ont attendu pendant des heures debout. On leur dit : on est désolé, vous êtes obligés de revenir demain. Non seulement, ils sont venus le lendemain mais avec des cadeaux ! "
En 1935, Jean Renoir a certainement dit autant de bien des Martégaux. C'est ici qu'il a tourné le film Toni, presque entièrement en décor naturel. C'était rare à l'époque.
La même année, un autre film est tourné à Martigues : Arènes Joyeuses.
Souvenez-vous! Alibert, le célèbre chanteur d'opérette marseillais. Il descend le canal St Sébastien, celui qui passe en dessous de ce petit pont et chante sur la musique de Vincent Scotto....
Et oui, la Venise Provençale, c'est Martigues.
Retour haut de page