Route des Coquillages : pays des coquilles et de l'or blanc >

Le Croisic

Version mobile
English

Le Croisic

Nous sommes au Croisic, rue du Bassin.
Ce panorama est un avant-goût de la route des coquillages.
Sur la gauche, l a dune de Pen - Bron .

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Face à nous, a u niveau des massifs boisés : les marais salants de Guérande.
Légèrement sur notre droite, i l y a une petite croix. Jusqu'au 19 ème siècle, elle servait de refuge aux passagers qui oubliaient l'heure de la marée, et restaient perchés sur cette croix six heures avant que la mer ne se retire !
Un peu plus à droite, c 'est la digue qui encercle les marais salants et la tour de l'église Saint Guénolé.
Et à l'extrême droite derrière nous, ce sont les établissements qui produisent coques et palourdes.
Les coquillages et les crustacés affectionnent particulièrement le grand traict du Croisic. Cette vaste bande de sable accueille les huîtres, les palourdes et les coques.
Le Croisic est le premier centre d'élevage de coques en France !
Les pêches à la coque et à la palourde se sont mécanisées depuis les années 1970, mais ces coquillages se ramassent aussi à la main.
On pêche la palourde "au trou" ! On creuse dans le sable, sous les traces en forme de huit qu'elles laissent à marée basse.
La coque, elle, se pêche lorsque la marée descend. Il suffit de gratter le sol pour en remplir de pleins paniers !
M. COIC , ancien restaurateur du Croisic, nous propose une recette pour préparer les coques :
" Donc on les fait ouvrir tout simplement dans une casserole. Si on a le temps, on peut les faire ouvrir avec un peu de beurre, un peu de vin blanc, un peu d'échalote. On va avoir un jus qui va nous servir après pour la préparation. Une fois que les coques sont ouvertes, bien sûr il faut les décoquiller. On garde la chair que l'on va faire refroidir tout doucement. Et on va faire une petite sauce. Alors une petite sauce, un petit jus comme on dit avec une vinaigrette assez relevée. On va rajouter le jus de coque dedans, et puis on va pimenter ça avec soit un peu de piment d'Espelette, soit un peu de Tabasco. Et puis, on va mettre les coques à mariner dans ce jus. Puis on va les servir à l'apéritif avec un pic en bois. "
Alfred de Musset vient séjourner à l'Hôtel des bains au Croisic en 1854. Il est fasciné par la ville et son histoire. Imaginons la lettre qu'il écrit à George Sand.
" Je me repose au Croisic, dans ce petit port de pêche entouré de dunes. Le traict , comme une mer intérieure, se remplit et se vide au rythme des marées. Au Moyen Age, il était si profond que les bateaux voguaient jusqu'à Guérande. Mais au fil du temps, le traict s'est ensablé et le Croisic est devenu le port de Guérande. Un véritable essor pour la ville ! ? la Renaissance, on construit des remblais, et le bois, le fer et le charbon arrivent de toute l'Europe ! Mais il semble qu'ensuite au 18 ème siècle, le port de Nantes ait pris une telle importance qu'il ait " volé " tous les marins de la région, et le Croisic est tombé dans l'oubli. Aujourd'hui, l'heure est au chemin de fer. Mais le train n'est pas venu jusqu'ici uniquement pour acheminer les voyageurs. Il transporte aussi les sardines que l'on pêche ici par milliers. Je raffole de ces petits poissons argentés ! "
Les maisons ont une architecture particulière, Laurent Delpire, Attaché de conservation du patrimoine, nous explique :
" Le Croisic, c'est une ville ancienne qui s'est développée au 15 e siècle avec deux caractéristiques. Il y a une ville moyenâgeuse qui est plutôt en retrait du port, située derrière les maisons du port qui remonte fin 15 e , début 16 e siècle et qui se caractérise par des maisons en pans de bois. Architecture en bois que l'on retrouvait beaucoup à l'époque. Il subsiste au Croisic encore aujourd'hui une quinzaine de ces maisons en bois. Devant le bourg ancien concentré autour de l'église et qui a été construit à la fin du 15 e siècle, on a la ville neuve construite sur les remblais grâce au développement du commerce. L'enrichissement des négociants, des armateurs locaux a fait qu'ils ont construit des grands immeubles tournés vers le port, construits sur les remblais constitués. Et ce sont des maisons qui sont construites fin du 16 e , début 17 e . "
Vous verrez, certaines façades en pierre de taille témoignent vraiment de la richesse des armateurs de l'époque.
Retour haut de page