Dinant, vallées de forteresses et de châteaux (Wallonie) >

Dinant, Citadelle et Collégiale

Version mobile
English Néerlandais

Dinant, Citadelle et Collégiale

Nous sommes à Dinant.
Installez vous face à la Citadelle.
La Citadelle se trouve à 100 mètres au dessus de la Meuse. Les débuts de sa construction remontent à la moitié du 11ème siècle. Le Prince Evêque de Liège veut un château fort pour protéger la cité. Mais la citadelle subit à plusieurs reprises les destructions de la guerre : le sac de Dinant en 1466 par les troupes de Charles le Téméraire puis les assauts des Français au 16ème et 17ème siècles. A chaque fois, il faut reconstruire.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Ce que vous voyez aujourd'hui date de l'occupation hollandaise, à partir de 1818. Ces pierres ont aussi connu l'épisode douloureux de la 1ère guerre mondiale.
Puisqu'ici, à quelques kilomètres de leur frontière, les Français vinrent affronter les Allemands.
" Les Allemands ont commencé la Grande Guerre le 4 août 1914 en envahissant la Belgique "
John Horne, historien, professeur à Trinity College à Dublin
" La première phase de l'invasion c'était une tentative de prendre Liège. Les Allemands qui visaient la France comptaient passer par la Belgique neutre. Cinq armées, un million d'hommes qui déferlent à travers la Belgique "
C'est à Dinant que les Allemands vont franchir la Meuse.
Le 15 aout 1914, un régiment français d'infanterie occupe les fortifications. Il va affronter les soldats germaniques dans un corps à corps sanglant. Les Français se retrouvent piégés dans la galerie de la citadelle.
Le pire est à venir. Le 23 août, les soldats allemands s'en prennent aux civils.
En 1914, Emilie Libert avait 15 ans.
- ils ont frappé à la porte. On était chez ma belle soeur
Yvonne, la fille d'Emilie Libert...
- Ils avaient très peur, ils devaient avancer, ils fusillaient déjà des gens. Ils voyaient que leur tour approchait. L'Allemand sur le cheval blanc est arrivé. Et il a dit : Les femmes et les enfants...
- ...retournez chez vous
- Et les hommes ?
- ...restez. Oui... On avait peur....
674 hommes, femmes et enfants sont tués. Et des quartiers sont entièrement détruits.
Première cité martyre de Belgique, Dinant commémore chaque année le souvenir de ces victimes.
On trouve dans le musée de la citadelle de nombreux souvenirs de cette guerre sanglante. Vous pouvez y monter grâce à un téléphérique installé juste à côté de la collégiale, ou par l'escalier de 408 marches menant au sommet de la colline.
La collégiale de Dinant elle aussi sera victime des guerres.
Mais regardez donc son clocher bulbeux. Il semble surdimensionné. Victor Hugo le comparait à un immense pot à eau. Il aurait d'ailleurs pu écrire l'histoire mouvementée du clocher de la collégiale. Elle commence le 24 juillet 1566
Attention, braves gens, ne restez pas là. C'est dangereux. Nous allons installer là haut le clocher de l'Hôtel de Ville. Oh, il était trop lourd pour le pont qui ne peut supporter pareil poids ! Et puis, les chanoines sont ravis croyez moi. Ils n'auraient jamais pu se l'offrir ce bulbe. Allez, laissez nous travailler...
Deux ans de travaux sont nécessaires pour l'installation du clocher.
Puis celui ci se met à pencher dangereusement de 90 centimètres. Mais le détruire coûterait trop cher.
La guerre et les Allemands s'en chargent en Aout 1914.
En 1927, le clocher et son bulbe sont reconstruits pratiquement à l'identique. Mais bien droits cette fois !
Découvrons maintenant l'histoire du tourisme à Dinant. Notre prochaine destination va nous permettre de rester ici au bord de la Meuse, devant l'Ancien hôtel des Postes.
Merci de continuer votre visite, A bientôt !
Retour haut de page