Dijon : sur les pas des Ducs de Bourgogne >

Notre Dame

Version mobile
English Deutsch

Notre Dame

Notre-Dame... On pense tout de suite à une cathédrale, mais il s'agit d'une " simple " paroisse... entre guillemets, car elle est loin d'être ordinaire...
En effet, imaginez qu'il n'a fallu qu'une vingtaine d'années pour qu'elle sorte de terre. Il faut croire que les riches marchands qui, au 13 ème siècle, ont financé sa construction, étaient pressés d'avoir leur propre paroisse. >
Autre particularité pour cette église gothique, elle ne possède ni rosace ni tour.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Et les statues ? Regardez, dans les angles, juste avant la première série de gargouilles, de petites niches réservées aux statues restent vides. C'est le souvenir d'une époque où la façade s'était trouvée pour ainsi dire " dépeuplée "...
La tradition veut qu'un futur époux venu convoler en justes noces avec sa chère et tendre reçoive sur la tête l'une des statues d'origine... Pour éviter que d'autres couples ne connaissent la même mésaventure la façade, bientôt, devient quasiment muette... Il faut attendre la fin du 19 ème siècle pour que l'architecte Viollet Le Duc, chargé de la restauration de l'édifice, demande à l'un de ses collaborateurs, un certain Lagoule , de sculpter 51 fausses gargouilles.
Pourquoi fausses ? Regardez bien, elles ne sont pas trouées et ne servent donc pas pour l'écoulement des eaux.
Observez chacune d'elle. Saurez vous repérer celle qui est décrite par l'écrivain dijonnais Aloysius Bertrand ? " Une atroce figure de damné qui, en proie aux souffrances, tirait la langue, grinçait des dents, et se tordait les mains. - C'était elle qui avait ri. "
C'est une autre source d'inspiration que va trouver le chanoine kir qui commence sa carrière comme jeune vicaire, ici, à Notre dame,
Je suis en haut toujours de garde
Humant le bon vin, la moutarde
Et de minuit jusqu'à midi ,
Tout en fumant une bouffarde,
Je sonne hardi-petit , hardi ".
De qui parle-t-il ? D'un personnage qui, à force d'entendre des plaisanteries sur sa vie de vieux garçon, a fini, au 18 ème siècle , par prendre Jacqueline pour épouse. Et pour démentir les rumeurs, qui le disaient stérile, eh bien, le couple a, au 19ème , donné naissance à deux enfants, Jacquelinet , puis Jacquelinette ...
Ce fameux personnage, certains l'auront reconnu, c'est Jacquemart. Levez les yeux, il est occupé, en famille, là haut à droite sur le clocher , à droite, à rythmer la vie de la cité. Les enfants sonnent les quarts d'heures. Les parents marquent les heures pleines.
Ce jacquemart, à l'origine, se dresse sur le beffroi de la ville de Courtrai, dans l'actuelle Belgique.
Nous sommes au 14 ème siècle, les bourgeois de Gand déclenchent une révolte contre le roi Charles 6. Débordé, le monarque fait appel à son oncle, le duc de bourgogne Philippe Le hardi qui part aussitôt en direction de la Flandre, accompagné par un millier de Dijonnais. Les Gantois ne résistent pas longtemps... La ville de Courtrai est bientôt prise. Et Philippe Le Hardi s'empare de l'horloge pour l'offrir, reconnaissant, à la ville de Dijon.
Depuis, Jacquemart n'a jamais quitté le coeur des Dijonnais, surtout pas celui d' Aloysius Bertrand, l'écrivain dijonnais.
Gargantua escamota les cloches de Paris, Philippe le Hardi l'horloge de Courtrai; chaque prince à sa taille.
Si vous entrez dans l'église, ne manquez pas d'observer, dans le transept, la vierge noire .
Lorsqu'en partant, vous contournerez l'église sur la gauche, arrêtez-vous après le sixième contrefort. Sur sa façade, à environ deux mètres de hauteur, un hibou grand duc. Cette partie de l'église est en réalité une chapelle qui a été ajoutée à l'initiative de la famille d'Henry Chambellan. En choisissant cet animal comme décoration, ce commerçant a sans doute voulu adresser un clin d'oeil à d'autres grands ducs, les ducs de Bourgogne.
Les Dijonnais, eux, ont pris l'habitude de nommer cet oiseau " la chouette ". Une chouette qui possède des vertus quasi magiques, même si la sculpture originale, a été malmenée il y a quelques années .
Vous cherchez le bonheur ? Tendez la main, gauche de préférence.
Cette Chouette vous le remarquez est polie par les caresses. Celles de millier de mains gauches. Pourquoi ? parce que c'est la main du coeur...
Mais connaissez vous la symbolique de la chouette ? Dans l'antiquité, la chouette est symbole de sagesse. Athéna, déesse de la sagesse en fait d'ailleurs son oiseau. En effet, elle reste éveillée et voit clair dans les ténèbres.
Retour haut de page