Pays d'Aubagne et de l'Etoile >

Aubagne - Maison natale de Pagnol

Version mobile
English

Aubagne - Maison natale de Pagnol

Nous sommes devant la maison natale de Marcel Pagnol, au 16 cours Barthélemy.
Transportons-nous en 1895. Cette année là vous dit quelque chose ? Oui, c'est la naissance du cinéma. Et c'est aussi celle de Marcel Pagnol. Il pousse son premier cri ici, le 28 février 1895.
Regardez la fenêtre à droite au dernier étage. C'est celle de la chambre du petit Marcel. Imaginez. Il est là, il observe dehors.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
" Je vois d'abord une très haute fontaine, sous les platanes du cours, juste devant notre maison. C'est le monument que ses compatriotes élevèrent à notre abbé Barthélemy " et plus loin " ...mais j'écoutais, avec ravissement la petite chanson de la fontaine, qui pépiait avec les moineaux. "...
Dans son livre, la Gloire de mon père, il raconte ses souvenirs d'enfance. Depuis la fenêtre, il regarde son père Joseph jouer à la rituelle partie de boules.
" Mon père parmi d'autres géants, faisait des bonds prodigieux, et lançait une masse de fer à des distances inimaginables. Parfois, il y avait de grands applaudissements, puis les géants finissaient toujours par se disputer, à cause d'une ficelle qu'ils s'arrachaient des mains, mais ils ne se battaient jamais. "
Vous avez compris qu'à cette époque la pétanque n'existe pas encore. Quand Pagnol décrit les enjambées de son père, c'est qu'il joue à la longue. Pour ce jeu provençal, le tireur fait trois sauts successifs à partir d'un rond tracé au sol. Les parties se disputent sur 15 voire 21 mètres ! A cette époque, on n'a pas encore les pieds tanqués ! Pétanque !
Marcel Pagnol quitte cette maison à deux ans et demie. Direction Marseille. Pourtant Pagnol va rester fidèle à sa ville natale.
Il devient écrivain. Aubagne et sa campagne seront souvent le décor de ses romans, ses pièces de théâtre puis ses films.
Et pourtant, il y a une chose qui agaçait vraiment Marcel Pagnol pendant les tournages. A votre avis ? Oui les cigales ! Très souvent, les techniciens devaient chasser ces insectes des arbres. Etonnant non ?
Pagnol sera l'un des auteurs marquant du 20 ème siècle. Bien sûr, ses livres : la gloire de mon père, le château de ma mère, ou encore Manon des sources et Jean de Florette , sont lus à l'école. Ses trois films : Marius, Fanny et César sont aujourd'hui mythiques. Mais savez vous qu'il a tourné 30 films ? Ecrit 10 romans, et autant de pièces de théâtre, des essais ? Qu'il a traduit Shakespeare ?
Cet académicien a aussi été l'un des premiers cinéastes à sortir les caméras des studios. Une sorte de pionnier du néoréalisme au cinéma.
Certaines répliques de ses films, sont devenues des classiques.
Ecoutez .
" Tout condamné à mort aura la tête tranchée... tout condamné à mort aura la tête tranchée ! Oh !!!!"
Vous avez reconnu le Schpountz ? avec Fernandel en 1938 ? Ca se passe près d'ici au village de la Treille.
Et ça ?
" - Dis moi quelque chose, c'est mon bonheur d'entendre ta voix ! Qu'est ce qui te ferait plaisir .
- Coupez vous la moustache. Après nous verrons
- Oh quelle bonne idée ! Pourquoi tu ne me l'as pas dit plus tôt ? "
C'est Ugolin qui fait sa déclaration à Manon des sources en 1952. Depuis, le site choisi par Pagnol pour tourner cette scène a été baptisé la grotte de Manon.
Allez, une dernière pour le plaisir :
" Ah ! Te voilà, toi ? Regarde, la voilà la Pomponnette ... Garce, salope, ordure, c'est maintenant que tu reviens ? Et le pauvre Pompon, dis, qui s'est fait un mauvais sang d'encre pendant ces trois jours ! "
Et il y en a tellement d'autres...
Retour haut de page