Aix-en-Provence : sur les pas des aixois célèbres >

Place de la Rotonde

Version mobile
English

Place de la Rotonde

Nous sommes place de la Rotonde.
Aujourd'hui, la place de la Rotonde symbolise le coeur d'Aix-en-Provence. Pourtant, au moment de l'édification de sa fontaine, en 1860, ce lieu marque l'entrée de la ville.
La fontaine est dominée par des statues de marbre qui représentent les trois principales villes de Provence.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Face à nous, l'allégorie de la justice.
Pas de doute, c'est Aix en provence , notre ville a toujours été liée à la loi. Jusqu 'à la Révolution, elle abritait le Parlement de Provence. Aujourd'hui, elle possède la deuxième cour d'appel de France, après Paris.
La figure allégorique des beaux arts est celle de droite.
C'est Avignon, au 14ème siècle, quand ils siégeaient sur les bords du Rhône, les papes ne manquaient pas une occasion d'inviter des artistes.
Et maintenant l'allégorie de l'agriculture, à gauche, C'est Marseille
La cité phocéenne, connue pour ses industries, est aussi, au 19ème siècle, le premier port céréalier de France.
L'eau qui jaillit de la fontaine donne son nom à la ville. A l'origine, Aix s'appelle Aquae Sextiae , les Eaux de Sextius, du nom de son proconsul romain.
Lorsqu'au 1er siècle avant Jésus Christ, les Romains viennent affronter les populations locales, les Salyens, ils établissent leur camp près des sources d'eau chaude, 34°C .
C'est la création de la ville et le début de sa tradition thermale. Aujourd'hui, Aix abrite des thermes prestigieux. On y vient prendre soin de son corps et on s'y détend.
Et puis, ici, l'eau a aussi des vertus " poétiques ", comme l'explique Jean-Yves Roure , adjoint au maire.
On est dans le Midi. Il fait chaud. L'été, il y a les cigales.
Mais toute l'année, on a le chant des fontaines.
C'est gai. On ne peut pas passer dans un coin de rue sans entendre le bruit d'une fontaine. On ferme les yeux devant ces monuments, et puis tout le monde peut rêver. Je crois que le meilleur des yogas, c'est la fontaine.
Aujourd'hui, la ville compte une cinquantaine de fontaines. Mais celles-ci n'ont pas toujours été que décoratives.
A l'origine, les fontaines ont une fonction utilitaire. On vient y chercher l'eau destinée à la consommation ou à la toilette, on y fait sa lessive et sa vaisselle, on y abreuve ses animaux. Elles occupent une place essentielle dans la vie des quartiers.
Ce sont aussi de vraies oeuvres d'art.
C'est seulement à partir du 17ème qu'on commence à leur attribuer une valeur esthétique. Leur construction est alors confiée à des spécialistes fontainiers et à des artistes. Intégrées au paysage urbain, ces fontaines, de styles variés, constituent une part importante du patrimoine d'Aix.
Certaines fontaines sont alimentées par des sources, comme la fontaine moussue, sur le Cours Mirabeau, avec son eau à environ 30?. D'autres, comme la fontaine de la Rotonde, bénéficient du réseau de canalisations. En effet, au fur et à mesure que la ville se développe, les résurgences ne suffisent plus à répondre aux besoins de la population. On se rend compte que le manque d'eau favorise la propagation des épidémies : la peste , le choléra.
Il faudra attendre la deuxième partie du 19 ème siècle pour que les aixois aient l'eau courante chez eux.
Aujourd'hui, l'eau est essentiellement acheminée depuis le Verdon. Une autre partie provient aussi de la montagne Sainte-Victoire , grâce notamment à un barrage qui porte le nom de Zola.
Zola arrive en 1838. Après deux épidémies de choléra, la ville d'Aix lui commande la réalisation d'un barrage qui retienne les eaux de ruissellement sur Sainte Victoire et d'un canal qui alimenteront la ville en eau. Ce Zola, c'est François Zola, l'ingénieur italien, qui aura un fils Emile.
Pendant presque 10 ans il investit son temps et son argent dans cette entreprise. Les travaux du barrage voûté - premier du genre - commencent durant l'hiver 1847. Un mois et demi plus tard François Zola qui supervise le chantier contracte une pneumonie. Il meurt quasiment ruiné, sans voir son oeuvre achevée.
Le jeune Emile, est alors âgé de 7 ans et restera à Aix jusqu'à 18 ans.
Il use ses culottes sur les bancs du collège Bourbon.
Un jour, une bagarre éclate. Emile Zola le souffre-douleur est en mauvaise posture. C'est alors qu'un certain Paul Cézanne prend sa défense. C'est le début d'une longue amitié durant laquelle les deux jeunes hommes développent leurs talents réciproques.
Lorsqu'ils ont 20 ans, voila ce qu'écrit Zola à Cézanne
" J'ai fait un rêve l'autre jour oe J'avais écrit un beau livre, un livre sublime que tu avais illustré de belles, de sublimes gravures. Nos deux noms en lettres d'or brillaient, unis sur le premier feuillet, et, dans cette fraternité de génie, passaient inséparables à la postérité. "
Au bout de trente ans, cette amitié se soldera par une immense déception de la part de Cézanne. Le peintre, croit se reconnaître sous la plume de Zola, qui dans son roman L'oeuvre décrit un personnage d'artiste raté. Cézanne adresse alors à son ami une ultime lettre pleine d'amertume. Ce sera leur dernier échange.
Il est vrai que Zola s'inspire souvent de la réalité. L 'écrivain, situe certains de ses romans dans la ville qu'il a rebaptisée Plassans .
Dès le premier épisode des Rougon-Macquart , le roman La Fortune des Rougon , Emile Zola dresse le portrait de Plassans , une ville qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Aix-en-Provence .
" Plassans est une sous-préfecture d'environ dix mille âmes. Bâtie sous le plateau qui domine la Viorne, adossée au Nord contre les collines des Garrigues, une des dernières ramifications des Alpes, la ville est comme située au fond d'un cul-de-sac... Il y a une vingtaine d'années, grâce sans doute au manque de communications, aucune ville n'avait mieux conservé le caractère dévot et aristocratique des anciennes cités provençales. "
Zola se contente de modifier les noms. Quand il parle des collines des Garrigues, il s'agit bien entendu du massif de Sainte Victoire.
Tout comme Aix, cette ville imaginaire est divisée en trois quartiers, " le vieux quartier ", " la ville neuve " et " le quartier des nobles " qui n'est autre que le quartier Mazarin.
Retour haut de page